Ça y est c’est fait…les Etats-Unis ont mis à mort la neutralité du Net

Ça y est c’est fait…les Etats-Unis ont mis à mort la neutralité du Net

Sujet chaud bouillant s’il en est, sujet dont on vous rabat les oreilles à longueur d’articles, d’émissions, de brèves, même ici dans les colonnes de Le VPN, nous allons donc parler de la neutralité du Net, et plus particulièrement du vote du jeudi 14 décembre de la FCC.

De quoi s’agit-il ?

La FCC (Federal Communications Commission), l’équivalent de l’ARCEP chez nous, c’est-à-dire le régulateur américain des télécommunications, a voté, à 3 voix contre 2, l’abrogation du principe de neutralité. C’est en adoptant la loi « Restoring Internet Freedom » (Sic !), que la commission a foulé aux pieds l’une des pierres angulaires du réseau des réseaux.

Aux Etats-Unis, depuis 2015, la neutralité du réseau est garantie par un document, « Protecting and promoting the open internet », qui consacre certaines règles de la neutralité. Ainsi celui-ci est un « bien public » placé sous la gouvernance du Telecommunications Act. Cette loi souhaite un « internet rapide, équitable et ouvert ». Mais M. Trump assoit en mars 2017, M. Ajit Pai, ancien cadre de Verizon Communications (hostile au principe de neutralité), à la tête de la FCC, les doutes sur la finalité souhaitée sont minces. Ajit Pai déclare d’ailleurs que la neutralité est un frein à l’innovation et aux investissements.

Ça va changer quoi ?

Donc maintenant que le vote a eu lieu, les fournisseurs d’accès pourront librement réguler et hiérarchiser les données qui transitent par leur intermédiaire. Leur seule obligation étant de devoir le faire d’une manière transparente pour l’usager, à savoir d’indiquer clairement quels sont les débits ralentis, et ceux qui sont prioritaires.

Très clairement cela veut dire, que les opérateurs américains pourront bientôt choisir de prioriser un service, par exemple un réseau social, au détriment d’un autre, soit à la suite de partenariat financier avec ledit service, soit en vue de vendre des « options débridantes » pour ce réseau social. Pour faire encore plus simple, imaginons que vous ayez un débit internet de 20 méga, cela veut dire que théoriquement vous pouvez atteindre un débit descendant de 20 mega, quel que soit le service. Maintenant l’opérateur pourra choisir de restreindre le débit d’un service comme Facebook à 3 mega, par exemple. Cela veut dire restreindre artificiellement votre débit pour un site ou une application en particulier, dans le but de vous vendre une option pour refaire passer le débit de ce site à 20 mega…

L’autre possibilité est qu’un partenariat financier entre un site et un FAI, soit conclu pour restreindre le débit des usagers vers le concurrent, vous avez Facebook qui fonctionne à plein débit (car ils paient), mais Twitter qui rame à fond.

Voilà, si vous avez lu notre article sur les déclarations du président d’Orange, vous comprendrez que l’ambition de nos FAI français est d’arriver à la même chose que leurs homologues US. Me futur appelle vraiment à utiliser un VPN

Articles relatifs:

PENDANT LE MOIS DE LA CYBERSÉCURITÉ

2 ANS D'ABONNEMENT POUR €69,60 !

Commentaires (1)

  • eskual

    Et si un site web dérange le gouvernement ou une entreprise…
    Dans la priorisation c’est aussi une affaire de politique et de liberté d’expression

Laisser une répone