#DeleteFacebook, effet de mode ou réelle prise de conscience ?

#DeleteFacebook, effet de mode ou réelle prise de conscience ?

Les faits

Nous vous parlions il y a peu du scandale Cambridge Analytica. Si vous n’avez pas lu cet article ce qui est nous vous le rappelons, un péché capital, nous allons vous en faire un petit résumé avant d’aller plus avant.

Donc, pour faire très simple, l’un des fondateurs de l’entreprise Cambridge Analytica, une société d’analyse de données britannique, pris de remords (probablement ?), a raconté à la presse certaines choses pas très cool sur les réelles activités de cette boîte, et parallèlement de l’implication du géant Facebook dans ces dites activités. Ainsi, si on en croît ce lanceur d’alerte, Cambridge Analytica aurait eu accès aux données personnelles de 50 millions d’américains, directement fournies par FB.

Attention, on ne parle pas ici uniquement des données disponibles par l’intermédiaire du site, mais bien en plus des données issues de l’exploitation de l’appli mobile du réseau social. Journal d’appels, SMS, historique internet, applications installées, email… bref toutes les données que l’app peut accéder.

La tâche de Cambridge Analytica était de compiler ces données afin d’en déduire le profil politique de ces 50 millions d’utilisateurs FB. Par la suite, une fois la compilation et le traitement effectué, ces utilisateurs semblent avoir été influencés politiquement lors des élections américaines, par le biais de leur fil d’actualités. Oui ce sont des faits très graves !

Le mouvement de suppression

Faisant suite à ce scandale, un mouvement est né sur Twitter, par l’entremise du hashtag #DeleteFacebook. Ce mouvement enjoint, comme vous pouvez vous en douter, les utilisateurs de Facebook à supprimer leur compte du réseau social, afin de protester contre les activités que le Gafam semble mener en sous-marin.

Là où cela devient drôle, et inquiétant à la fois, c’est quand certaines célébrités, au fait de ce qui se passe réellement dans le monde du marché numérique, comme Elon Musk ou Julian Assange rejoignent et plébiscitent ce mouvement contestataire.

Julian Assange

Ainsi Julian Assange a twitté, que s’il avait eu un compte Facebook, il l’aurait effacé ! Mais il n’a pas fait que ce petit trait d’humour, il a aussi publié une conversation que Mark Zuckerberg a eu il y a quelques années, aux débuts de Facebook sur le campus de Harvard, dans laquelle il explique à l’un de ses amis, qu’il peut lui fournir n’importe laquelle des informations relatives aux étudiants du campus. Et quand son ami lui demande comment cela est possible, le fondateur de FB lui rétorque que ces « cons débiles », ont été assez stupides pour lui fournir de leur plein grès ces informations, tout simplement parce qu’ils lui faisaient confiance…

Elon Musk

Ce fut ensuite au tour de la célébrissime rock star de l’entrepreneuriat scientifique, Elon Musk, d’entrer dans l’arène lorsque, défié sur Twitter, il supprima, dans la foulée, sa page personnelle, mais également, la page de son entreprise SpaceX et celle de Tesla…

Ce scandale montre, si cela avait vraiment besoin d’être prouvé, que les réseaux sociaux, et autres services gratuits manipulant vos données, ne se privent peut-être pas pour les utiliser sans que vous n’ayez mot à dire. Cela démontre aussi l’incroyable puissance que le Big Data peut avoir quand il a accès à des informations pouvant permettre d’influencer les populations.

Il ne faut peut-être pas tomber dans l’extrême paranoïa, ou alors il faut encore attendre un peu, mais nous ne saurions vous recommander une nouvelle fois, d’essayer de protéger un maximum de vos données privées en utilisant nos services de Vpn.

Et vous alors, quel sera votre choix ? #DeleteFacebook ? Etre plus méfiant et utiliser Le VPN ? Ou alors cela ne vous gêne finalement pas plus que ça que d’ici quelques années vous ne soyez plus que la marionnette inconsciente de ce genre de géants économico-politiques ?

Articles relatifs:

Offre Spéciale Printemps

2 ans d'abonnement Le VPN pour €69,60!