WhatsApp suspend le partage de données avec Facebook

WhatsApp suspend le partage de données avec Facebook

WhatsApp Europe a cessé de partager des informations à des fins publicitaires avec Facebook, sa maison mère, de manière seulement temporaire. Cette réaction fait suite aux remarques qui lui ont été faites par l’Union Européenne concernant la protection des données privées de ses utilisateurs.

Cette suspension porte uniquement sur les données des utilisateurs européens de Whats App, qui auraient pu être utilisées notamment pour pousser des produits ou vendre de la publicité ciblée sur le réseau Facebook. La décision a été prise après des discussions avec les autorités européennes et doit permettre d’examiner en détail les inquiétudes manifestées par ces dernières, a-t-elle précisé.

Quand WhatsApp avait annoncé cet été ce transfert d’informations, l’entreprise avait effectivement donné peu de détails sur la nature exacte des données transmises.

Rappelez-vous quand WhatsApp avait modifié ses conditions d’utilisation, en affirmant anticiper l’envoi d’alertes utiles par des entreprises (en cas d’usage frauduleux de votre carte bancaire, par exemple). L’entreprise avait aussi annoncé qu’elle allait se mettre à partager des informations avec Facebook pour des raisons publicitaires. Cela avait alors crée un tollé général en Europe.

Cela avait fait réagir le groupe G29, qui réunit les autorités nationales de protection de données des Etats membres de l’Union Européenne (et notamment la Cnil). Les CNIL européennes reprochent de fait à Facebook et à WhatsApp de ne pas avoir été assez clairs sur l’utilisation qu’elles font de ces données.

Dans deux courriers adressés à Facebook et à sa filiale, le G29 avait ainsi demandé à Whats App «d’arrêter le partage des données de ses utilisateurs jusqu’à ce que les garanties juridiques appropriées puissent être apportées». Ce qui était reproché à WhatsApp était d’avoir changé ses politiques de confidentialité, notamment à des fins publicitaires par rapport à l’utilisation des données, depuis que les utilisateurs ont installé l’application.

L’Allemagne la première s’était élevée contre cela, interdisant à Facebook, dès le mois de septembre, « de collecter et de stocker les données des utilisateurs allemands de WhatsApp », et lui avait alors intimé l’ordre de supprimer celles qui avaient déjà été transmises à WhatsApp. L’autorité de protection des données de Hambourg avait ainsi rappelé que quand ce dernier avait racheté WhatsApp, les deux entreprises avaient promis de ne pas partager de données entre elles. « Le fait que cela se produise aujourd’hui est […] une tromperie envers les utilisateurs et le public. »

Le Royaume-Uni lui avait enchaîné début novembre en interdisant à Facebook d’utiliser les données des utilisateurs de WhatsApp pour leur proposer de la publicité ciblée sur le réseau social. L’entreprise assurait toutefois être « en conformité avec la loi » et promet de rester ouverte au dialogue avec les autorités de protection des données personnelles.

Désormais, le partage d’information est réalisé «pour des finalités qui n’étaient pas inclues dans les conditions d’utilisation et la politique de confidentialité au moment où les actuels utilisateurs ont souscrit au service WhatsApp», indiquait le G29. Ce dernier s’inquiétait du coup de «la validité du consentement de l’utilisateur».

Avant son rachat par Facebook en 2014, WhatsApp utilisait l’absence de publicité sur son service  et le fait de ne pas collecter d’informations sur ses utilisateurs comme argument de vente.

Limitez l’envoi de publicités ciblées en modifiant vos paramètres. Supprimez régulièrement les cookies. Et surtout, utilisez un VPN pour masquer votre identité et surfer de façon anonyme.

Le VPN est le meilleur VPN, même quand vous utilisez un Wi-Fi non-protégé. Ainsi, Le VPN chiffre votre connexion Internet avec un cryptage militaire puissant que personne ne peut pirater, et cela même si vous utilisez des réseaux Wi-Fi publics dans les aéroports, gares, cafés et autres hotspots

Regardez les Jeux Olympiques en direct partout dans le monde

2 ans d'abonnement Le VPN pour €2,90/mois

Laisser une répone