RSF vise la cybercensure avec Collateral Freedom

RSF vise la cybercensure avec Collateral Freedom

D’habitude, lors de la journée mondiale contre la cybercensure, le 12 mars, Reporters Sans Frontières (RSF) diffuse un rapport sur « les ennemis d’Internet ». Cette année, elle a décidé de passer à l’action en lançant Collateral Freedom, une démarche contre la cybercensure.

En tout, ce sont neuf sites indépendants d’information dont l’ONG française de défense de la liberté d’expression a rendu le blocage inutile pour les internautes de 11 pays différents : Grani.ru en Russie, Fergananews au Kazakhstan, en Ouzbékistan et au Turkménistan, The Tibet Post et Mingjing News en Chine, Dan Lam Bao au Vietnam, Hablemos Press à Cuba, Gooya News en Iran ainsi que le Gulf Center for Human Rights aux Émirats arabes unis et le Bahrain Mirror au Bahreïn et en Arabie saoudite.

Le choix n’a pas été simple pour RSF car, pour des raisons techniques (bande passante, temps, coût), il a fallu limiter le nombre de sites. « On a retenu plusieurs critères : les sites devaient publier des informations indépendantes, être censurés dans des pays ennemis de l’Internet et être des médias qu’on connaissait déjà et avec lesquels on avait travaillé. » a expliqué Grégoire Pouget.

Cette action consiste à rendre de nouveau accessibles neuf sites d’information censurés dans onze pays, comme la Chine, la Russie, la Guinée équatoriale ou  l’Ouzbékistan par exemple. La stratégie de RSF vis à mettre en place des sites miroirs, c’est-à-dire des copies hébergées sur d’autres serveurs, à d’autres adresses.

RSF a déjà eu recourt à cette technique. En 2012, l’ONG avait déjà dupliqué des sites censurés de cette manière. Or, ces miroirs avaient, pour beaucoup, aussi fini par être bloqués par les autorités. Cette fois, RSF a renforcé ses défenses en utilisant une autre stratégie, qui sont censés rendre les miroirs « imblocables », comme Grégoire Pouget, responsable du bureau nouveaux médias de l’ONG :

« Nos miroirs sont hébergés sur des plates-formes dont les services sont massivement utilisés par les entreprises de ces pays, comme Amazon, Google ou Microsoft. Si les autorités veulent bloquer un de nos sites hébergés par Amazon par exemple, ils devront bloquer tous les sites d’Amazon, ce qui aurait un coût économique trop important. »

Techniquement, les sites miroirs sont donc blocables, mais avec des dommages collatéraux si importants que les autorités de ces pays n’oseront pas, selon l’ONG, passer à l’acte.

C’est la même stratégie qu’a utilisé en 2013 l’organisation chinoise GreatFire. Cela s’est révélé efficace puisque les sites miroirs qu’elle a créés sont toujours accessibles après plus d’un an d’existence. Depuis, GreatFire a décidé de partager ses outils afin de permettre à d’autres, telle que RSF, d’en bénéficier.

Cette stratégie est-elle réellement durable ? D’après Grégoire Pouget, les sites miroirs pourraient être confrontés à deux types de difficultés. Les autorités des pays concernés pourraient avoir recours à des attaques de déni de service, qui visent à démultiplier les requêtes sur un site afin de le rendre inaccessible. Mais les services d’hébergement choisis par RSF sont rodés à ce type d’attaque et assez résistants. L’autre risque est lié au fait que ces pays pourraient faire pression sur ces entreprises afin qu’elles cessent d’héberger ces sites miroirs. « C’est le pire scénario qui puisse arriver, redoute Grégoire Pouget. Mais ce ne serait pas terrible pour elles en termes d’image. »

Pour permettre aux citoyens de ces pays de connaître l’existence des miroirs, RSF encourage les internautes à partager de façon massive les adresses des sites miroir sur les réseaux sociaux ou par e-mail. Mais les personnes qui se connecteront à ces sites ne risquent-elles pas d’être repérées par les autorités de leur pays ?

Pour contourner complètement la censure sur Internet et sans représailles aucune, optez pour les services d’un VPN qui vous permettent de choisir votre pays de connexion. Quel que soit le pays où vous vivez, vous pouvez choisir de domicilier votre connexion dans l’un des 50 pays où l’accès n’est ni filtré, ni restreint. Vous pourrez ainsi accéder dans l’anonymat aux sites de votre choix, notamment aux sites bloqués dans votre pays, sans que quiconque puisse suivre vos mouvements sur Internet. Optez dès aujourd’hui pour Le VPN et profitez de sa nouvelle offre Le VPN Premium, pour surfer en toute sécurité.

Articles relatifs:

PENDANT LE MOIS DE LA CYBERSÉCURITÉ

2 ANS D'ABONNEMENT POUR €69,60 !