RSF pointe du doigt les ennemis d’internet

RSF pointe du doigt les ennemis d’internet

A l’occasion de la Journée mondiale contre la cyber-censure qui a lieu chaque année le 12 Mars, Reporters sans frontières a mis à jour sa liste annuelle des « ennemis d’internet », c’est à dire des pays qui censurent Internet : RSF dénonce ainsi les pratiques de certains pays, même démocratiques, quant à la surveillance et la censure du web.

RSF a identifié 31 institutions « ennemies d’internet » pour leurs systèmes de surveillance ou de censure des États. Trois de ces institutions – à savoir la NSA aux Etats-Unis et ses équivalents britannique et indien – sont pourtant situées dans ce que l’on appelle des démocraties.

Dans son rapport 2016 publié le 12 mars, à l’occasion de la Journée mondiale contre la cyber-censure, RSF cite les États-Unis et la France qui se tenaient en premières positions des pays les plus demandeurs d’informations concernant les internautes !

La Chine demeure le pays le plus extrême pour les internautes usant de leur droit à la liberté d’expression en ligne. De nombreux blogueurs et journalistes sont aujourd’hui derrière les barreaux pour avoir souhaité informer leurs concitoyens.

Cette journée mondiale a donc pour objectif de dénoncer la censure qui est exercée par les gouvernements et aussi de réclamer davantage de libertés sur Internet. Reporters Sans Frontières avait en effet poussé à manifester dans 9 pays ennemis d’Internet, même si cela ne se limite pas dans les faits à 9 pays seulement : Chine, Birmanie, Corée du Nord, Cuba, Egypte, Erythrée, Tunisie, Vietnam, Turkménistan.

Les pays dits démocratiques ne sont pas en reste. Car si certains gouvernements s’appliquent à mettre en place des lois qui donnent aux autorités le pouvoir d’exercer une surveillance de masse intrusive et de censurer les informations et contenus en ligne, d’autres s’empressent d’acquérir des technologies qui leur permettent d’espionner les gens, mais aussi de pirater leurs outils ou de censurer sur Internet la liberté d’expression.

En 2015, le Danemark, la Finlande, la France, comme le Pakistan, les Pays-Bas, la Pologne et la Suisse ont de fait examiné de nouveaux projets de loi qui permettent d’accroître leur capacité à espionner les communications sur leur territoire mais aussi au-delà de leurs frontières. La Chine et le Koweït ont adopté des lois qui répriment pénalement et restreignent certaines formes d’expression sur Internet.

Ce qui est plus grave, c’est que plus d’un tiers des internautes dans le monde aurait accès à un Internet limité et censuré, en raison notamment de gouvernements liberticides. On doit toutefois mentionner que ces filtrages ne seraient aucunement possibles sans le soutien de sociétés privées spécialisées qui vendent leurs services aux dictatures.

Pour faire comprendre aux internautes les dangers de la censure Internet dans le monde et faire pression auprès des gouvernements, des messages d’Edward Snowden, d’Ai Weiwei et des Pussy Riot ont aussi été diffusés sur Internet par AdBlock et Amnesty International lors de cette même Journée mondiale contre la censure sur Internet 2016.

La meilleure façon de garantir que vos informations personnelles ne soient pas captées  est d’utiliser un VPN internet. Le VPN permet de réduire vos mouvements en ligne en remplaçant vos informations de routage, grâce à une adresse IP rendue anonyme. Les serveurs DNS sécurisés gardent le secret des requêtes que vous effectuez, afin que personne ne puisse voir votre historique de navigation. Par ailleurs, votre connexion Internet est cryptée avec un système très fort qui vous protège des pirates et des oreilles clandestines qui tentent d’écouter ou d’obtenir les informations sensibles vous concernant. Votre connexion Internet est cachée derrière les nombreux serveurs Le VPN : quand vous êtes connecté au VPN, personne ne peut accéder à votre ordinateur ou à votre appareil mobile, sans passer par les serveurs protégés du VPN, même quand vous êtes en voyage.

Articles relatifs:

Regardez les Jeux Olympiques en direct partout dans le monde

2 ans d'abonnement Le VPN pour €2,90/mois