Le top 10 des pays qui censurent Internet et comment faire pour l’éviter

Le top 10 des pays qui censurent Internet et comment faire pour l’éviter

La censure sur Internet ne cesse de s’intensifier, et ce, dans le monde entier. Les blogueurs, les journalistes mais aussi les internautes estiment qu’il est toujours plus difficile d’accéder au contenu qu’ils recherchent.

Censure Internet dans le monde

En ce monde où l’information est instantanée, on pourrait penser que son accès y serait possible et de façon illimitée. Après tout, surfer sur le net se fait en un seul clic. La triste vérité, c’est que de nombreux pays dans le monde cherchent à limiter les influences extérieures, raison pour laquelle ils bloquent les connexions Internet et censurent le contenu chaque fois que possible. La bonne nouvelle pour la plupart des utilisateurs, c’est que les VPN permettent de contourner la censure. Cet article porte sur les principaux pays qui exercent actuellement la censure pour accéder à l’Internet et les moyens que vous avez pour contourner la censure sur Internet, quel que soit le pays où vous vous trouvez.

L’enjeu ne consiste pas simplement à accéder à ce qui peut être considéré comme un matériau « inacceptable ». Des blogueurs, des journalistes et de simples citoyens sont emprisonnés pour cela ou même pire. Selon le Comité pour la protection des journalistes, la plupart des pays qui exercent le plus la censure sont aussi ceux qui possèdent les tristes records du nombre d’emprisonnement de journalistes. Plus de la moitié des journalistes emprisonnés dans le monde sont en prison pour « crimes contre l’État». La Chine se classe au sommet de cette liste, suivie par une coalition de nations du Moyen-Orient, qui travaillent conjointement pour bloquer toute information préjudiciable à tous les gouvernements de la région. Certes, l’idéologie politique, souvent liée au communisme, est la raison la plus évidente de censure, mais il ne s’agit pas seulement cela. La religion est aussi un motif de censure et plus précisément les pays où la religion est principalement musulmane sont également de forts censeurs de contenus dits « subversifs ».

Le top 10 des pays où Internet est le plus fortement censuré :

10. Myanmar (Birmanie)

VPN pour Myanmar | VPN pour Burma | Le VPNNation du Sud-Est asiatique, le Myanmar (ex-Birmanie), bloque aussi activement les sites Web qui montrent les violations des droits de l’homme et / ou sont en désaccord avec le gouvernement officiel. Le pays filtre également les e-mails, les réseaux sociaux et toutes les autres formes de communications basées sur le Web afin de bloquer l’activité dissidente dans le pays. Les cafés Internet sont tenus de tenir un registre des utilisateurs et de leur activité, et de mettre à la disposition de la police ces documents sur demande. En poussant ces méthodes un peu plus loin, Myanmar a également interdit les outils pour éviter la censure sur Internet, tels que les VPN et autres équivalents. Les restrictions se sont certes réduites ces dernières années, mais les contrevenants peuvent encore se trouver condamnés à une amende ou même être emprisonnés.

9. Vietnam

VPN au Vietnam | VPN pour le Vietnam | VPN pour Vietnam | Le VPNLe parti communiste du Vietnam permet à ses citoyens d’accéder à des sites Web standard tels que Yahoo, Google et MSN de Microsoft sous réserve que ces sites donnent les noms de tous les blogueurs qui utilisent leurs services. Par ailleurs, le pays bloque tous les sites qui critiquent le gouvernement ou le communisme et ceux qui défendent les droits de l’homme, la liberté et la démocratie. De façon curieuse, le pays utilise une loi dite contre «les abus de la liberté démocratique» comme base pour effectuer le blocage et emprisonner des journalistes. Le gouvernement utilise également des techniques de harcèlement pour empêcher des blogueurs connus d’assister à des événements et d’informer les gens par rapport à ces événements.

8. Tunisie

VPN Tunisie | Le VPNLa Tunisie s’intéresse plus à empêcher les blogueurs de pouvoir télécharger du contenu qu’à éviter que ses citoyens ne puissent consulter des informations « subversives ». Moins de 40% des habitants ont accès à Internet, et ceux sont souvent réduits à se connecter depuis des cafés Internet, compte tenu du coût élevé pour se connecter au web. Les fournisseurs d’accès Internet doivent signaler tous les blogueurs au gouvernement, notamment donner leurs noms, adresses et informations personnelles. Toutes les connexions sont acheminées via un serveur central où le contenu est filtré et les e-mails sont surveillés. Les blogueurs et les journalistes qui sont pris en train de « diffamer » le gouvernement ou le pouvoir militaire sont souvent emprisonnés. Des progrès ont été réalisés au cours des dernières années, par rapport à l’ouverture de la liberté de l’Internet, mais de nombreux obstacles demeurent.

7. Syrie

VPN Syrie | Le VPNLa Syrie contrôle l’Internet avec des tactiques qui rappellent l’activité de la police secrète dans les pays de l’ancien rideau de fer. Les cafés Internet doivent enregistrer leurs utilisateurs, indiquer les heures où ils se sont connectés et signaler toute activité aux fonctionnaires du gouvernement. Toute personne citée comme « mettant en danger la sécurité nationale» est arrêtée et souvent exécutée. De temps en temps, l’accès à Internet est complètement coupé, comme cela est arrivé en 2011, et près d’une douzaine de fois en 2013/2014. Le pays a été plusieurs fois classé par Reporters sans frontières dans la liste des « Ennemis d’Internet » créée en 2006 et le Comité pour la protection des journalistes le cite parmi les dix endroits les pires pour être blogueur, depuis 2009. Bonus supplémentaire : les journalistes sont également mis en danger par ISIS, qui a décapité des journalistes créant du contenu considéré comme étant contraire à ses croyances.

6. Iran

VPN pour l'Iran | VPN Iran | Le VPNL’Iran est un autre pays qui pratique la censure en la basant sur les croyances religieuses et politiques. L’accès à Internet est disponible dans tout le pays, mais les blogueurs, les propriétaires de sites et les webmasters doit s’enregistrer auprès du Ministère de l’Art et de la Culture. Tous ceux qui affichent du contenu qui critique le gouvernement ou est contraire aux mollahs sont persécutés et emprisonnés, ou pire. Par ailleurs, des millions de sites sont bloqués et les arrestations sont fréquentes. Au moins 30 journalistes sont actuellement emprisonnés et le gouvernement est soupçonné de mettre en place de faux sites pour procéder à la surveillance et piéger des dissidents présumés. Les menaces ne sont pas seulement limitées aux journalistes et blogueurs eux-mêmes. Les membres de leur famille sont également menacés d’être jetés en prison, de perdre leur emploi et pensions voire d’autres pénalités.

5. Arabie Saoudite

Le VPN pour l’Arabie Saoudite | VPN Arabie Saoudite | VPN en Arabie SaouditeL’Arabie saoudite est l’un des tout premiers pays à censurer l’Internet pour motif religieux. Le pays a bloqué près d’un demi-million de sites Web offrant des contenus qui se positionnent à l’encontre des croyances islamiques et portant sur la politique, les aspects sociaux et religieux. Une série de lois adoptées par la famille régnante a effectivement été passée, notamment le décret royal sur la presse et les publications et aussi la Loi fondamentale de la gouvernance qui interdit les actes qui peuvent conduire à la division et au désordre, et peuvent affecter la sécurité de la nation ou porter atteinte aux droits de l’homme et à la dignité. Tout le trafic Internet est acheminé via un point central et est surveillé par le ministère de l’Intérieur. L’Unité des services Internet (ISU) est responsable du maintien de la liste des sites bloqués et à partir de 2011, tous les blogueurs et les sources d’information numériques doit obtenir une autorisation spéciale du ministère de la Culture et de l’information. La peine maximale en Arabie Saoudite qui est de 5 ans de prison a eu l’effet d’augmenter l’ »auto-censure » par des ressortissants et des journalistes saoudiens.

4. Ethiopie

VPN pour l'Ethiopie | Le VPNL’Ethiopie est une autre nation africaine qui se situe malheureusement en haut de liste concernant la censure sur Internet. Le pays a adopté une loi anti-terrorisme en 2009 qui vise à empêcher le passage de toute information considérée comme encourageant ou soutenant des groupes anti-gouvernementaux. Il n’existe pas forcément de preuves de la censure des réseaux sociaux, des activités axées sur le filtrage de contenu politique subversif et de la VOIP, mais cela ne peut pas être exclu. Même si des efforts ont été mis en en œuvre pour améliorer l’accès à Internet dans tout le pays, cela prend du temps, en raison du monopole des gouvernements sur l’industrie. En 2015, on note que moins de 4% de la population pouvait y avoir accès, principalement par le biais des cafés Internet et essentiellement dans la capitale d’Addis-Abeba.

3. Erythrée

VPN pour l'Erythrée | Le VPNLa nation africaine de l’Erythrée occupe la première place concernant l’oppression des journalistes. Le Président du pays Isaias Afewerki a réprimé le journalisme de manière si forte que même les membres de la presse appartenant à l’État fonctionnent dans la crainte de se retrouver emprisonnés. Le dernier journaliste de presse indépendant a été expulsé en 2007. D’après le Comité de protection des journalistes, en 2015, ce pays a accueilli dans ses prisons le plus grand nombre de professionnels des médias en Afrique, en emprisonnant plus de vingt d’entre eux sans charges officielles. Le pays ne permet pas l’accès à l’Internet mobile, mais seulement à un service lent avec routeur, ce qui empêche les citoyens d’accéder aux informations libres. On estime même que seuls environ 7% de la population possèdent un téléphone mobile et que seulement 1% utilisent Internet.

2. Chine

Le VPN Chine | VPN en Chine | VPN pour la Chine | Facebook en Chine avec un VPNLa Chine est un autre censeur d’Internet bien connu. Bien que l’accès à Internet soit vaste, et qu’on y trouve une industrie des réseaux sociaux active, le pays bloque les IP, les filtres de recherche et efface même le contenu ou réoriente les requêtes vers des contenus restreints aux informations pro-Chine. Le blocus, souvent désigné comme la Grande muraille de Chine, utilise à la fois les services de la technologie et d’individus pour bloquer l’accès et limiter la propagation de l’information. La menace de la prison est un moyen de dissuasion supplémentaire.

1. Corée du Nord

Censure en Corée du Nord | Le VPNLe pays numéro un pratiquant la censure est à date la Corée du Nord, ce qui n’est pas trop surprenant, étant donné la nature fermée du pays. On estime que seulement environ 4% de l’ensemble de la population a accès à l’Internet, sachant que les sites sont tous contrôlés par le gouvernement. Le nombre d’utilisateurs de téléphone cellulaire est un peu plus important, s’élevant à environ 7%, mais l’accès à Internet reste limité. Seuls quelques-unes des personnes très riches et influentes au sein du gouvernement ont même accès à ce que le monde libre appelle le Web, tandis que la plupart des citoyens ne peuvent qu’accéder à un intranet étroitement contrôlé.

La liste ci-dessus détaille les dix premiers pays qui censurent Internet dans le monde entier, mais elle n’est en aucun cas complète. Il existe des dizaines d’autres pays qui bloquent activement l’accès à l’Internet, réprimant les journalistes et les individus, entravant ainsi la libre circulation de l’information. Les degrés varient, mais au final, la censure demeure la censure.

Le top 10 des pays qui censurent le plus Internet | Le VPN

 

Par exemple, le Turkménistan n’autorise qu’un seul fournisseur d’accès Internet gouvernemental. Il bloque l’accès à de nombreux sites Internet et contrôle tout le trafic e-mail. Il n’y a pas de journalistes extérieurs qui soient autorisés à entrer dans le pays et le contrôle des médias est si marqué qu’il est presque impossible d’accéder aux informations.

En Azerbaïdjan, les bureaux sont perquisitionnés, les annonceurs sont menacés et de fausses accusations de trafic de drogue sont utilisées pour dissuader le travail des journalistes.

La Turquie a, quant à elle, doté son gouvernement de moyens pour censurer Internet autant que faire se peut mi-2014. Le mouvement était destiné à bloquer la dissidence au sein de la population et a représenté un pas en arrière pour un pays par ailleurs progressiste. La nouvelle loi exige que les fournisseurs de services conservent pendant 2 ans les données de tous les utilisateurs et suppriment tout contenu dit répréhensible dans les 4 heures.

Quant à Cuba, il contrôle étroitement l’accès à Internet d’un certain nombre de façons bien que des progrès notables aient été notés. Tout d’abord, les utilisateurs ne peuvent accéder au web que par le biais de points d’accès officiels. L’utilisation est à la fois contrainte par IP et via le blocage de mots clés, l’historique de navigation est contrôlé et seuls les individus pro-gouvernementaux approuvés sont autorisés à télécharger le contenu. Il existe une certaine liberté journalistique, mais les menaces de harcèlement et / ou de prison planent encore sur la population.

La censure des sites de réseaux sociaux

Bien qu’il existe des dizaines de pays qui censurent activement les médias, l’accès à Internet et aux e-mails, seuls environ une demi-douzaine de pays connus pour censurer les médias sociaux. Parmi eux, le plus alarmant est la Turquie car c’est une démocratie naissante, membre de l’OTAN et futur membre de l’UE. Le facteur atténuant, s’il peut être considéré comme tel, c’est que la Turquie n’impose une interdiction totale sur les réseaux sociaux, uniquement quand les «exigences de l’environnement politique » l’imposent. Deux de ces moments incluent une crise d’otages perpétrée par des rebelles marxistes en 2015 et un scandale politique lié à la corruption en 2014.

La Corée du Nord est le seul pays, en dehors de la Chine, connu pour bloquer complètement l’accès aux réseaux sociaux mondiaux, en limitant ses citoyens à un intranet local. Les résidents d’autres pays, y compris la Turquie, peuvent débloquer les sites de médias sociaux avec un VPN, à savoir un réseau privé virtuel.

La censure en ligne s’étend-t-elle au monde libre?

Si les autorités françaises poursuivent ainsi leur chemin, la censure Internet pourrait atteindre de nouveaux sommets mondiaux et aussi entrer dans la vie des Américains. Le Comité National français Informatique et Libertés (CNIL) a fait un geste mi-2015 qui pourrait rendre cela possible. La CNIL a ordonné à Google, le fournisseur du moteur de recherche et de services Web de se conformer aux règles de l’Union Européenne concernant « le droit à l’oubli ». L’injonction était destinée à impacter l’ensemble des activités de Google dans le monde entier, mais à date, l’entreprise n’a pas respecté cette mise en demeure. Si elle est appliquée, les critiques disent qu’elle apportera une censure « sans précédent » d’Internet qui inclurait les Etats-Unis.

Les règles du droit à l’oubli ont d’abord été mises en œuvre début de 2015, quand un citoyen espagnol a porté l’affaire devant la Cour européenne de justice. Mario Costeja Gonzalez a poursuivi Google concernant une violation de la vie privée lorsqu’il a découvert un article datant de 1998, qui était repris dans les résultats de recherche. L’article, rapportant une saisie le concernant suite à une dette envers le fisc, était certes exact, mais considéré comme diffamatoire par M. Gonzalez qui avait depuis bien longtemps remboursé ses dettes. Le tribunal a jugé que Google et d’autres moteurs de recherche devraient supprimer les liens vers des informations qui ont été jugées «inadéquates, non pertinentes, plus pertinentes, ou excessives ». La décision n’a pas appliquée à la source originale, le site qui a publié l’information, mais seulement vis-à-vis des moteurs de recherche permettant l’accès à ces données par le biais de la recherche sur Internet.

Depuis la décision initiale et le refus de Google d’obtempérer, des éléments complémentaires ont été rajoutés. Ils incluent des aspects de précision de l’information, si elle se rapporte à des personnalités publiques ou si cela implique des infractions criminelles et si l’information est un fait ou une opinion. À ce jour, celles-ci restent seulement des lignes directrices et sont appliquées au cas par cas. Google, qui représente apparemment environ 90% des recherches européennes, a révélé que, dans le premier mois concernant l’application de cette loi, il avait reçu des demandes de suppression de résultats de plus d’un million d’URLs. En plus de la suppression des résultats et de la censure, les moteurs de recherche ne sont même pas autorisés à révéler les URL qui ont été retirés de la recherche car cela pourrait créer une attention supplémentaire par rapport aux informations supprimées des résultats.

La principale critique par rapport à cette décision est qu’elle viole les principes fondamentaux de la liberté d’expression et de la liberté de la presse. Quelques organes de presse, y compris la BBC, ont pris sur eux de révéler toute information ou URL qu’ils croient être masquée du public, mais a peu fait au réel pour freiner ce qui est devenu un précédent international.

goingtochina1200x628fr

Existe-t-il une solution à la censure en ligne ?

Heureusement, il existe autant de gens, d’entreprises et d’hommes et de femmes politiques qui cherchent à freiner la censure que de personnes qui veulent la mettre en œuvre. Pour le citoyen moyen où qu’il vive, un VPN peut être utilisé pour débloquer les sites Internet. Un VPN, réseau privé virtuel, est un service basé sur le Web qui change les adresses IP, sert à contourner les filtres en ligne et permet aux utilisateurs un accès gratuit à Internet. Le VPN est la plate-forme leader pour contourner la censure sur Internet. Avec ce service, débloquer les sites censurés devient un jeu d’enfant : les utilisateurs se connectent avec le serveur VPN le plus proche, il en existe plus d’une centaine dans le monde entier, et peuvent bénéficier des avantages du cryptage pour rester à l’abri des censeurs tout en protégeant leurs données personnelles, leur identité et leurs habitudes de navigation.

Les services fournis; VPN pour débloquer YouTube, un VPN pour débloquer Twitter et tout autre site Web, ne bénéficie pas seulement aux personnes vivant dans des pays où Internet est censuré. Ceux qui voyagent à l’étranger se retrouvent avec un accès à internet bloqué quand ils se rendent dans ces pays. Par exemple, en Chine, un VPN serait une solution très utile pour les voyageurs qui se retrouvent bloqués en voulant accéder à Google, Facebook et YouTube et à de nombreux autres sites, et non seulement les réseaux sociaux. Le VPN offre 3 protocoles VPN distincts pour aider les internautes à personnaliser les performances en fonction de leurs besoins. Ceux-ci incluent PPTP, OpenVPN et L2TP sur IPsec. Par ailleurs, le VPN fournit des adresses IP dans 114 pays. Si vous souhaitez regarder une vidéo YouTube partout dans le monde, un tel service est vraiment fait pour vous.

HybridVPN par Le VPN : c’est la plus récente technologie de ce réseau privé virtuel uniquement disponible via Le VPN. Elle allie le cryptage de niveau élevé AES-256 à un proxy SmartDNS qui permet aux utilisateurs d’accéder au contenu géographiquement restreint et fournit également des connexions à haute vitesse. Le service se connecte automatiquement aux sites Web qui ont été préalablement débloqués par Le VPN – fournissant un accès à très grande débit pour accéder au contenu streaming des médias de la liste.

La censure d’Internet est là pour rester

La censure et la censure sur Internet risquent de perdurer. Qu’elle s’exerce pour des motifs politiques, idéologiques, religieux ou autres, il y aura toujours quelqu’un, quelque part, qui voudra bloquer l’accès à la diffusion de l’information et à du contenu. Il ne sera jamais possible de mettre complètement fin à la suppression des informations, mais il existe des façons de la contourner. Le VPN n’est qu’un moyen, mais c’est sans doute celui qui est le plus fiable aujourd’hui et qui soit facilement disponible pour les internautes.

Si vous prévoyez de vous rendre dans l’un des pays cités dans notre Top 10, vous devriez envisager de vous équiper d’un VPN avant de partir. Le VPN peut être installé sur les appareils Android ou iOS, permettant un accès complet à toutes vos applications préférées comme Facebook, Instagram, Twitter et même Google Maps. La seule chose qui vous empêche de bloquer le contenu que vous voulez est vous-même. Pourquoi attendre que la censure vous bloque l’accès au contenu que vous voulez ? Si vous voulez débloquer des réseaux sociaux avec un VPN, abonnez-vous dès maintenant à Le VPN.

 

 

Articles relatifs:

Regardez les Jeux Olympiques en direct partout dans le monde

2 ans d'abonnement Le VPN pour €2,90/mois