Quels Pays Pratiquent la Censure sur Twitter et Pourquoi ?

Quels Pays Pratiquent la Censure sur Twitter et Pourquoi ?

Twitter est le deuxième réseau social le plus populaire, seulement devancé par Facebook, mais contrairement à ce dernier qui s’est principalement focalisé sur les sujets personnels de la vie quotidienne entre amis ou en famille, Twitter est quelque peu différent. La plupart des utilisateurs de Twitter ne se servent pas de leurs informations personnelles avec leurs comptes, ce qui présente à la fois des avantages et des inconvénients.

L’anonymat a fait de Twitter l’une des principales plateformes de discussion politique au monde, et partout où il y a de la politique, il y a de la censure. Certains pays demandent à Twitter d’interdire certains mots, phrases ou utilisateurs, tandis que d’autres interdisent purement et simplement Twitter. Pour ceux qui veulent accéder à la plateforme de « microblogging » depuis un pays où elle est interdite, il est possible d’utiliser un Réseau Privé Virtuel (VPN) pour faire transiter leur connexion par un pays qui n’interdit pas Twitter. Des fournisseurs tels que Le VPN possèdent des serveurs dans plus de 100 pays à travers le monde. Cependant, ces utilisateurs doivent être prudents et rester anonymes en ligne, car accéder à la plateforme, écrire des tweets et même retwitter des contenus peut être illégal dans certains pays et peut vous mettre dans une situation inconfortable.

Qu’est-ce que la Censure sur Twitter ?

Même si tous les utilisateurs de Twitter ne se contentent pas de tweeter uniquement sur la politique, il est rare qu’un membre actif ne suive pas quelqu’un qui le fait, ou l’a sans doute lui-même déjà fait à un moment ou un autre. Cela va des choses simples comme appeler les gens à voter, à des sujets beaucoup plus sérieux comme l’organisation de manifestations ou la sollicitation de soutiens. Parfois, il y a aussi des choses franchement amusantes, comme les mèmes NPC. Étant donné que les plaisanteries politiques vont souvent au-delà des lignes directrices et des conditions d’utilisation de la communauté Twitter, certains pourraient penser qu’il s’agit de censure, mais en fait, ce n’est que de la prévention du harcèlement.

En tant qu’entreprise, Twitter fait peut-être preuve d’un certain parti pris politique en raison de la démographie et de la localisation des modérateurs, qui sont en grande partie des Californiens de la génération Y, mais le règlement lui-même ne comporte aucune supposition politique. Bien que la censure puisse parfois venir d’un employé un peu trop zélé, elle vient beaucoup plus souvent d’une décision de justice ou du gouvernement, comme dans le cas de la République populaire de Chine, avec l’interdiction pure et simple de Twitter dans ce pays.

À la suite d’une audition devant le Sénat américain, les géants des technologies comme Facebook, Twitter et Google ont déclaré qu’ils ne censureraient pas intentionnellement tout contenu légal sur leurs plateformes, à condition de se conformer aux conditions de service, qui sont les mêmes pour toutes les tendances politiques.

Quels Pays Pratiquent la Censure sur Twitter et Pourquoi ? | Le VPN

Comment les Pays Censurent-ils Twitter ?

Dans la plupart des cas, lorsqu’un pays ne veut pas que ses citoyens envoient quelque chose sur Twitter, il bannira directement l’accès au site depuis les adresses IP de ce pays, bloquant ainsi le service pour quiconque n’utilise pas un VPN basé hors dudit territoire. Comme il existe des fournisseurs de VPN professionnels, comme Le VPN, qui opèrent au niveau mondial, cette stratégie s’est souvent avérée inutile.

Une autre tactique consiste à faire appel à Twitter avec des documents de nature juridique, tels que des verdicts et des jugements, pour forcer l’entreprise à interdire ou supprimer certains contenus. Cela se produit souvent lorsque les lois locales diffèrent de la législation américaine en vertu de laquelle Twitter fonctionne, généralement en matière de liberté d’expression et de publication, mais aussi de calomnie et de diffamation. Le tribunal informera Twitter du verdict et l’entreprise décidera de s’y conformer ou non.

Twitter, un Outil pour le Journalisme

Depuis longtemps déjà, Twitter est devenu techniquement, et depuis peu officiellement, un outil permettant aux journalistes et aux blogueurs d’obtenir leurs informations directement par les tweets de leurs sources ou en demandant aux personnes de confirmer ou non les informations qu’elles souhaitent. La plupart des informations sont diffusées par des personnes qui partagent des histoires, des liens ou des photos d’événements, ce qui donne aux nouveaux médias et aux médias traditionnels l’occasion d’interviewer les personnes qui sont au cœur de l’événement et les intervenants sans jamais quitter le confort de leur bureau, voire de leur foyer.

La Cour fédérale a même décidé en mai 2018 que le président des États-Unis ne pouvait pas bloquer d’utilisateurs sur Twitter, car il deviendrait alors de plus en plus difficile pour les journalistes de faire leur travail et de rapporter les informations sans avoir accès au compte du président. Cela a suscité de nombreuses inquiétudes quant à l’avenir de la vie privée et du harcèlement, car le verdict s’applique à la fois au pseudo officiel de tout président, qui est @POTUS, et aussi à celui du 45e président américain, Donald Trump, qui envoie fréquemment ses tweets et commentaires sur des sujets ne relevant pas du président, en utilisant @realDonaldTrump.

Quels Pays Censurent Twitter ?

Alors que la plupart des pays ne cherchent pas à influencer les réseaux sociaux pour qu’ils suppriment ou censurent le contenu, d’autres le font. Certains des pays figurant sur cette liste étaient prévisibles, car la répression du journalisme et de la liberté d’expression est courante dans ces régions du monde. D’autres ne sont confrontés qu’à certains problèmes liés au fonctionnement des réseaux sociaux et, enfin, certains sont des pays qui défendent ouvertement la liberté d’expression, mais où le gouvernement est parfois en désaccord avec des mouvements ou déclarations qui ont été considérés d’une manière ou d’une autre comme dénigrants, provocateurs ou dangereux.

1. Chine

Bien que Twitter soit interdit en Chine, où le gouvernement bénéficie de sa propre plateforme de microblogging Sina Weibo, Twitter compte encore entre 10 et 35 millions d’utilisateurs chinois. Les utilisateurs ne peuvent pas accéder au site ou à l’application en utilisant les adresses IP locales et sont obligés d’utiliser des services VPN pour rechercher des tweets ou tout autre contenu de la plateforme.

Les utilisateurs en Chine ont recours à des services VPN professionnels comme Le VPN, non seulement pour accéder aux réseaux sociaux, mais aussi pour rester anonymes et masquer leur adresse IP.

2. Corée du Nord

Bien que tout accès à Twitter en Corée du Nord soit puni par la loi depuis 2016, cela n’a pas entraîné une baisse significative du nombre d’utilisateurs, car très peu de personnes disposent d’un accès internet dans ce pays ermite. Depuis l’interdiction, même les étrangers titulaires de permis spéciaux ne sont pas autorisés à accéder à Twitter depuis le pays et ne sont en outre pas en mesure de le faire depuis les quelques points d’accès à internet disponibles. Mais est-ce que cela en vaut réellement la peine ?

Car même s’il est possible d’utiliser un VPN pour contourner ces restrictions, il n’est aucunement conseillé aux voyageurs se rendant en Corée du Nord de le faire, car la plupart des accès à internet sont fortement surveillés et le simple fait d’utiliser un VPN est répréhensible par la loi.

3. Russie

La Russie est considérée comme un pays où la tolérance à l’égard de toute couverture médiatique de l’opposition est généralement très faible, mais elle a pourtant renoncé en grande partie à interdire ou censurer Twitter. Le plus gros incident s’est produit au cours du premier semestre 2014, la Russie demandant à Twitter d’interdire un compte pro-ukrainien ou de le rendre invisible pour les utilisateurs russes. Par la suite, ce phénomène s’est étendu à de multiples comptes ou à des tweets individuels qui ont été jugés contraires à la loi russe. Tout utilisateur en Russie désireux d’accéder aux comptes Twitter concernés doit alors utiliser un VPN situé dans un autre pays.

Enfin, Twitter a interdit un collectif de pirates informatiques en juillet de la même année pour avoir divulgué plusieurs documents du Kremlin aux médias, en violation de la loi russe et des conditions d’utilisation propres à Twitter.

Les personnes qui voyagent en Russie doivent savoir qu’en raison de l’interdiction par la Russie de nombreux services et sites en ligne, certaines applications peuvent ne pas être disponibles avec un FAI (Fournisseur d’Accès à Internet) local, notamment sur iOS. Pour cette raison, les voyageurs doivent utiliser le meilleur VPN pour iPhone ou Android qui soit, et toujours garder l’application activée quand ils se connectent à un réseau Wi-Fi local.

4. Iran

Alors que la plupart des gens pensent que la Corée du Nord est le pays qui interdit le plus de sites, ce titre revient en fait à l’Iran, qui a sans cesse multiplié les blocages de sites internet depuis 2009. Twitter a été interdit en 2009 à la suite de manifestations organisées par le biais de cette plateforme, et le nouveau gouvernement n’a jamais levé cette interdiction. Il est fortement recommandé aux utilisateurs qui vivent ou voyagent en Iran d’utiliser un VPN, car les fournisseurs d’accès à internet (FAI) de ce pays sont soupçonnés de surveiller toute communication et de refuser l’accès aux réseaux internationaux les plus populaires comme YouTube, Facebook, ou Instagram.

Les internautes en Iran doivent utiliser VPN pour accéder librement à internet et masquer l’emplacement de leur IP, tout en restant anonymes et protégés.

5. Pakistan

Bien que le Pakistan autorise les internautes du pays à accéder librement à Twitter, il a été exigé qu’un certain nombre de mots, phrases et même des comptes entiers soient bloqués ou supprimés car jugés « blasphématoires ». Cela s’est surtout concentré sur des sujets domestiques et le retrait de toute notion anti-islamique de la plateforme, mais a aussi eu un impact sur les comptes athées et wiccans.

Tout utilisateur au Pakistan est fortement encouragé à utiliser un VPN et à rester anonyme lorsqu’il tweete, car de multiples sujets pourraient être considérés comme blasphématoires et se solder par des sanctions légales.

6. Inde

Même si l’Inde ne s’immisce généralement pas dans les réseaux sociaux pour les censurer, le pays a demandé à ce que des comptes parodiques du Premier ministre soient supprimés en 2012, après les violences en Assam. Plusieurs comptes usurpant celui officiel du Premier ministre, ou tout compte usurpant l’identité du Premier ministre de l’époque, Manmohan Singh, ont été supprimés de la plateforme.

7. Égypte

Actuellement, il n’y a aucune partie de Twitter qui soit interdite ou censurée en Égypte, ce qui constitue une différence marquée avec la situation antérieure, en particulier pendant le printemps arabe et les manifestations massives qui ont eu lieu contre le président Hosni Moubarak, qui était alors à la tête du pays depuis 30 ans. Twitter est devenu inaccessible via les fournisseurs d’accès à internet locaux le 25 janvier 2011, de nombreux utilisateurs ont opté pour un VPN afin de diffuser en direct et sur Twitter ce qui se passait sur le terrain. Deux jours plus tard, les FAI nationaux ont désactivé tout accès à internet depuis et vers le pays, laissant ainsi l’ensemble des Égyptiens sans aucune connexion. Pour lutter contre cela, Twitter s’est associé à Google et SayNow pour permettre aux utilisateurs égyptiens d’envoyer leurs tweets par messagerie vocale et écouter les commentaires de la même manière.

Une fois que les manifestations se sont achevées et que le gouvernement a changé, toutes les restrictions imposées au sujet d’internet dans ce pays ont été levées. Les internautes du pays sont toujours invités à utiliser un VPN, mais davantage pour des raisons personnelles telles que la protection de leur identité et la cybersécurité, et non pour contrer les pressions gouvernementales.

8. Venezuela

Malgré le fait que le service lui-même était toujours actif, pendant les émeutes au Venezuela en 2014, toutes les images du pays ont été bloquées, y compris celles sur Twitter. Cette mesure visait à empêcher le discours du gouvernement actuel, selon lequel il n’y avait qu’une poignée de manifestants, de s’effondrer. Comme Twitter a donné aux utilisateurs vénézuéliens la possibilité de contourner ce problème en utilisant les messageries téléphoniques, la liberté d’expression dans le pays a été préservée, et il a été démontré que la majeure partie du Venezuela était en proie aux troubles.

9. Corée du Sud

Le gouvernement de Corée du Sud n’est pas connu pour interdire et bloquer les sites Web, mais il y a actuellement près de 65 adresses qui ne sont pas accessibles en utilisant une IP sud-coréenne, dont l’une est le compte Twitter officiel de la Corée du Nord avec le pseudonyme @uriminzok, qui signifie « notre peuple » en coréen.  Comme la Corée du Sud estimait que la plupart des informations figurant sur ce compte Twitter étaient de la propagande, le pays a interdit l’accès aux versions coréenne et anglaise du profil.

Actuellement, vous devez utiliser un VPN avec un serveur en dehors de la Corée du Sud pour visiter le Twitter du voisin du nord, dont la page Twitter en anglais a déjà attiré plus de 50 000 followers à ce jour.

10. France

En janvier 2013, une série de messages antisémites ont été publiés sur Twitter, tous en français. Bien que ces messages aient été rapidement supprimés de Twitter parce qu’ils violaient les conditions d’utilisation, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) a intenté une action en justice. L’objectif était d’obliger Twitter à divulguer les informations personnelles des utilisateurs au grand public, ce type de contenu étant considéré comme un discours de haine par la loi française. En cas de non-respect, l’entreprise se verrait imposer une amende de 1 000 € par jour, mais cette mesure s’est finalement avérée impossible à appliquer, car Twitter n’a ni bureaux ni employés en France.

11. États-Unis d’Amérique

Dernier mais non des moindres, le pays natal de Twitter, le bon vieux pays de la liberté et la demeure des braves. Il n’y a que quelques cas où le gouvernement fédéral a exercé une influence directe sur Twitter afin d’interdire ou de supprimer du contenu. L’entreprise elle-même a légèrement tendance à se conformer aux normes californiennes en matière de politique, et s’est montrée plus indulgente envers les représentants des politiques qu’elle soutient, en interdisant par exemple des comptes qui ont été jugés haineux par Twitter uniquement.

La seule décision directe de la Cour fédérale a été que le président Donald Trump ne peut pas bloquer qui que ce soit avec son pseudo Twitter, mais il peut masquer certains utilisateurs, et qu’il est protégé du harcèlement comme tous les autres usagers.

Action Personnelle de L’entreprise

La plupart des atteintes à la liberté d’expression sur Twitter ont en fait été menées par l’entreprise elle-même, sans aucune influence directe de la part d’une administration ou d’un État. Rien qu’en 2018, il y a eu de multiples cas de censure, de bannissement ou de désinscription d’utilisateurs, ainsi que de suppression de certaines tendances. Dans certains cas, ces comptes et ces tendances étaient en violation flagrante des conditions d’utilisation, tandis que dans d’autres, on ignore quelle règle ils ont pu enfreindre. Parfois, même des comptes de médias bien connus, comme le Daily Caller, ont été temporairement bannis de la plateforme.

De plus, certaines tendances ont été présentées comme des informations véhiculées par des sites majeurs, comme une tendance qui a été supprimée à l’automne 2018, et qui avait un fort sentiment antisémite, mais était en fait une transcription d’actualités diffusées par CNN.

Auparavant, Twitter avait emboîté le pas à d’autres grandes sociétés de réseaux sociaux en excluant de sa plateforme le journaliste et théoricien du complot Alex Jones, créant un tollé sur Twitter même, tant chez ceux qui soutenaient ses théories que chez ceux qui ont longtemps considéré cette personnalité comme une source de divertissement.

Comptes Automatisés : des Fermes à Clics pour Twitter

Après l’élection présidentielle américaine de 2016, la plupart des utilisateurs de Twitter se sont rendu compte qu’un nombre important de comptes étaient ouvertement politisés et ne présentaient que très peu de contenu et d’interactions. Bien que certains de ces comptes étaient tenus par des fervents partisans qui se sont portés volontaires pour faire campagne, d’autres étaient le fruit de fermes dites « à clics », qui ont été créées en Russie, en Biélorussie, en Turquie et en Arabie saoudite, avec l’intention de convaincre des personnes de choisir un camp politique plutôt que l’autre.

Une fois que cela a été constaté, Twitter a surveillé ces comptes, et si certains affichaient le même contenu et provenaient de la même adresse IP, ils ont été bannis. La manière dont cela a été déterminé exactement demeure toutefois un mystère.

Après ce que l’on a appelé la « Purge », de nombreux conservateurs ont profité de l’occasion pour se déclarer le « Parti de la liberté d’expression » et défier la censure de Twitter. Si la plupart de ceux qui défendent ardemment la liberté d’expression sont de droite, il y a des éléments marginaux à droite, comme l’Alt-Right, un mouvement suprémaciste blanc qui s’est ouvertement positionné contre la libre expression et la parole libre.

Le mème NPC

Le mème NPC a été lancé sur le forum 4Chan et il s’agit d’une révision de l’idée du zombie philosophique, lancée par le philosophe français René Descartes et développée par d’autres comme Daniel Dennett de Harvard, ou l’australien David John Chalmers. Le mème utilise un vocabulaire courant pour expliquer certains phénomènes, comparant les gens qui n’utilisent pas la parole critique ou la pensée critique à des personnages non jouables dans les jeux vidéo. Comme cela servait généralement à insulter les gens de gauche et que les conservateurs l’utilisaient avec enthousiasme, on a jugé que c’était diffamatoire et Twitter l’a interdit. Tous les utilisateurs qui avaient créé des comptes NPC moqueurs ont donc été supprimés définitivement.

Shadow Ban

Au cours de l’été 2018, Vice News a rapporté que plusieurs experts et militants conservateurs ne figuraient plus dans les résultats de recherche, alors que leurs comptes n’avaient été ni bannis ni supprimés. Ce point a été partagé par plusieurs républicains, de droite et du centre, pour dénoncer le shadow ban des utilisateurs avec lesquels Twitter n’est pas d’accord. La porte-parole de Twitter, Mme Leslie Berland, et même le PDG, Jack Dorsey, ont catégoriquement nié que cette pratique ait un jour été utilisée, mais il existe certaines preuves sur Reddit et d’autres sites Web qui présentent des arguments solides prouvant le contraire.

Conclusion

Bien que la censure sur Twitter ne soit pas aussi répandue que l’on pourrait croire, elle existe et est le plus souvent influencée par divers gouvernements et groupes qui utilisent tous les moyens possibles pour contrôler la diffusion des informations sur ce réseau social. À une époque où la liberté d’expression est attaquée de toutes parts et où la plupart des informations pertinentes doivent être fournies par des militants et des journalistes sur le terrain, cela ne peut pas être toléré. Pour les personnes qui résident dans des pays où Twitter est interdit, utilisez un fournisseur VPN fiable et polyvalent comme Le VPN, qui dispose de nombreux serveurs dans 120+ pays, et vous permettra d’accéder à toutes les informations disponibles sur les réseaux sociaux, à celles censurées par les autorités et à celles qui ont été effacées par le service lui-même.

Heureusement, nous assistons à une intensification des mouvements de liberté d’expression à l’échelle mondiale, les utilisateurs de tous bords s’y joignant, pour faire en sorte que la censure politique ne soit pas dans les mains des gouvernements ou des grandes entreprises technologiques.

SOLDES DE FIN D'ANNÉE

2 ANS D'ABONNEMENT LE VPN POUR €69,60!