Pokemon Go : qui va profiter du pactole ?

Pokemon Go : qui va profiter du pactole ?

Après les Etats-Unis, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande, le jeu mobile en réalité augmentée Pokemon Go est en train de convertir le monde. Il s’annonce aussi pour Nintendo comme Apple, Google ou autres comme un jackpot.

Le déjà célèbre jeu mobile en réalité augmentée Pokemon Go, annoncé depuis des semaines en France et déjà présent dans plus de 40  pays, est en fait un raz-marée mondial ! D’après TrendForce, il devrait générer un revenu de 800 millions de dollars en 2017 et devenir un vrai moteur du marché des logiciels de réalité augmentée estimé à 30 milliards de dollars à l’horizon 2020.

Alors, qui va profiter de cette manne financière ?

Nintendo apparait logiquement comme le premier bénéficiaire. Moins de deux semaines après son lancement, le jeu, déjà plébiscité et utilisé par plus de 21 millions d’utilisateurs seulement aux Etats-Unis, a plus que fait doubler le cours en bourse de l’entreprise Nintendo.

La valeur de la société qui a donné naissance au fameux personnage Mario a ainsi, pour la première fois, dépassée celle de Sony. Et pourtant, le jeu n’appartient même pas, à proprement parler, à Nintendo. C’est en fait Niantic, une spin-off d’Alphabet dont Sony détient aussi une partie du capital qui le possède. Le constructeur de la célèbre console Wii est aussi propriétaire de la franchise Pokémon et touchera ainsi les bénéfices de Pokémon Go à deux niveaux, mais de manière indirecte.

Pokémon Go est une appli gratuite téléchargeable depuis les plateformes mobiles AppStore d’Apple et Play Store de Google. Sa monétisation est toutefois liée à la vente de jetons « Pokécoins » qui facilitent la poursuite des personnages virtuels dans le monde réel. Pour référence, les 100 jetons coûtent environ 1 dollar. Les partenariats, via des sites d’intérêt commercial (magasins, restaurants, hôtels…) devant lesquels les utilisateurs sont poussés à se rendre par l’application sont une très bonne source de revenus supplémentaires. Et sans surprise, MacDonald’s est le premier sponsor à s’associer à Pokemon Go au Japon. D’après la banque JP Morgan, ce business model pourrait permettre de générer un revenu mensuel d’environ 300 millions de dollars, venant ainsi booster le bénéfice annuel de Nintendo de quasiment 250 millions de dollars.

Mais la firme japonaise est plus ambitieuse que cela et n’entend pas en rester là. Le groupe prévoit ainsi de s’impliquer directement dans le jeu en commercialisant le Pokémon Go Plus, un bracelet ou un boitier dédié de 35 dollars que l’internaute serait amené à porter sur soi (wearable). Cela permettrait au joueur de Pokemon Go de s’adonner à son activité favorite, sans avoir à sortir son smartphone de sa poche. JP Morgan estime Nintendo pourrait en vendre 50 millions d’unités par an, ce qui lui permettrait de générer un revenu complémentaire de quelque 1,8 milliard de dollars boostant son chiffre d’affaires de 35%.

Au global, le bénéfice annuel engendré par Pokemon Go pourrait donc atteindre 500 millions de dollars, soit près de 30 fois celui enregistré lors du dernier exercice fiscal qui s’est terminé en mars 2016. Ceci explique l’envolée du cours de l’action Nintendo en bourse.

D’autres acteurs pourraient aussi profiter de cette manne : d’après un analyste cité par le journal japonais The Japan Times, le jeu pourrait engendrer 3 milliards de dollars de bénéfices pour Apple en moins de deux ans, car les joueurs passent par sa plateforme AppStore pour acheter des PokéCoins. Idem pour Google, via sa plateforme de vente Play Store. Tandis que Lenovo espère que Pokemon Go lui permettra de booster les ventes de son Phab2 Pro, le premier smartphone du marché à intégrer la technologie de réalité augmentée Tango de Google. La valeur de son action en bourse à Hong Kong fait de fait plus que frémir.

N’oubliez pas de protéger votre smartphone quand vous jouez à Pokemon Go ou à d’autres jeux en ligne. Car comme le passé l’a montré avec les consoles Sony, par exemple, les joueurs sont des cibles privilégiées pour les cybercriminels.

La solution la plus sûre pour vous protéger quand vous êtes connecté à internet est d’utiliser un service VPN. Vous vous assurez ainsi que nulle personne mal intentionnée n’écoute et n’utilise les données que vous envoyez, même lors d’une connexion internet non protégée. Vous évitez que vos mots de passe bancaires, vos comptes e-mail ou vos profils de réseaux sociaux soient interceptés et exploités à votre insu.

Le VPN code votre connexion internet par un cryptage complexe grâce à l’algorithme AES-256. Ce codage rend impossible toute interaction avec vos données personnelles, et cela, même lorsque votre connexion a été compromise ou interceptée. Chaque information que vous envoyez ira directement dans votre tunnel virtuel sécurisé. Avec Le VPN vous pouvez facilement diriger votre trafic en choisissant un serveur dans l’un des 114 pays disponibles. Assurez-vous ainsi les services du meilleur VPN disponible pour une connexion Internet sécurisée, où que vous soyez.

Articles relatifs:

Regardez les Jeux Olympiques en direct partout dans le monde

2 ans d'abonnement Le VPN pour €2,90/mois