Pas encore de concensus à Dubaï

Pas encore de concensus à Dubaï

La conférence UTI, organisée sous l’égide de l’ONU, se tient à Dubaï jusqu’au 14 décembre. Les organisations non-gouvernementales s’agitent, car plusieurs régimes autoritaires comme la Russie et les Émirats Arabes Unis tentent d’imposer un contrôle gouvernemental total sur Internet par le biais d’un traité international contraignant : ils cherchent ainsi à réécrire le RTI (Règlement des télécommunications internationales) qui régit la gouvernance de l’Internet depuis 1988.

Internet est, depuis sa création, un formidable outil d’expression et de contre-pouvoir citoyen qui permet à chacun d’échanger ses idées et d’exercer une pression sur les entreprises mais aussi les dirigeants politiques avec une ampleur inédite. Et cela s’explique de façon simple : Internet est régi par ses utilisateurs et des associations à but non lucratif, pas par des gouvernements.

Avant le sommet de Dubaï, la position russe, préconisant un passage de l’Internet sous la tutelle des Nations unies, a fait l’objet de vivres critiques, en particulier des Etats-Unis. La Russie a ainsi renouvelé pendant la conférence son souhait de remettre en cause les prérogatives actuelles de l’Icann, l’organisme américain chargé des noms de domaine. Les Emirats Arabes Unis ont aussi présenté une position assez similaire. Les autorités chinoises ne sont pas intervenues de manière publique dans les négociations. La Chine qui cherche à développer son propre Internet ne souhaite pas forcément voir développer des mécanismes de contrôle qui pourraient s’imposer à eux-mêmes.

Les Etats-Unis, qui ont fondé l’Icann et son modèle « multi-acteurs » ne sont pas encore beaucoup intervenus dans les négociations, se réservant sans doute pour les derniers jours et les discussions serrées. Quant à l’Europe, elle n’a pour l’instant pris de position officielle.

Si les régimes totalitaires réussissent à influencer d’autres nations, Internet pourrait ainsi devenir plus cher et plus lent mais surtout beaucoup moins ouvert. Les internautes seraient alors encore plus nombreux à souscrire à un service VPN, qui sécurise et protège l’accès à Internet en gardant anonyme toute connexion au web, de n’importe quel endroit dans le monde.

Articles relatifs:

Regardez les Jeux Olympiques en direct partout dans le monde

2 ans d'abonnement Le VPN pour €2,90/mois