Microsoft lance un centre de lutte contre la cybercriminalité

Microsoft lance un centre de lutte contre la cybercriminalité

Le géant américain Microsoft a annoncé le lancement d’un centre destiné à « faire avancer le combat mondial contre la cybercriminalité ». Ce nouveau centre intitulé le Cybercrime Center vient d’être inauguré sur le campus de son siège social américain.

Ce centre « permettra d’associer l’expertise légale et technique de Microsoft ainsi que des outils et technologies innovants à l’expertise déjà développée » pour lutter notamment contre les virus, les atteintes à la propriété intellectuelle ou la pédopornographie.

Le centre sera situé au siège de Microsoft aux Etats-Unis, dans la ville de Redmond. Ce centre est aussi le siège de la DCU (Digital Crime Unit) qui traque les botnets et autres malwares, ainsi que l’IPCU (Intellectual Property Crimes Unit). Le regroupement de ces entités a du sens car certaines informations trouvées par une unité peuvent servir à l’autre dans le domaine de la cybercriminalité. Cela représente désormais 100 collaborateurs et plus de 12 laboratoires dans le monde.

Le centre de Redmond offrira près de 1 600 m² avec deux laboratoires d’investigations, une salle des opérations, des espaces de réunions et de travail sécurisés. Il est aussi doté d’un espace réservé à des personnes extérieures à l’entreprise, « afin de permettre à des spécialistes de la cybercriminalité du monde entier de travailler avec les experts de Microsoft pour un temps indéterminé ».

« En combinant des outils et technologies sophistiqués avec les bonnes personnes et de nouvelles perspectives, on peut rendre internet plus sûr », a assuré David Finn, responsable de l’unité de Microsoft chargé de la criminalité en ligne.

Le centre fournit des outils pour traquer les cybercriminels, en particulier une application nommée SitePrint, qui détecte les traits communs sur différents sites malveillants apparemment sans lien.

Parmi les autres outils, la DCU utilise PhotoDNA dans le cadre des enquêtes sur la pédopornographie en ligne. Cette solution vise à tracer les signatures des photos à partir d’une concordance de hash (code d’identification). Facebook utilise par exemple ce système pour détecter et supprimer les images pédopornographiques. Sur la partie botnet, la DCU affiche un impressionnant tableau de chasse avec Waledac, Rustock, Kelihos, Zeus, Nitol et Citadel.

L’unité s’appuie par ailleurs sur un service juridique spécialisé pour demander rapidement la saisine des serveurs de commandes et contrôle utilisés par les hackers.

Pour éviter de devenir une cible pour les cybercriminels, utilisez les services d’un VPN dès que vous surfez sur Internet et cela, quel que soit le lieu : toutes vos activités internet seront rendues anonymes et protégées par un codage complexe de type militaire, utilisant les technologies VPN PPTP et open VPN.
De plus, grâce au tunnel VPN virtuel que vous établissez, votre connexion VPN sécurisée apparaîtra comme une connexion provenant du pays choisi, vous permettant de changer & masquer votre adresse IP. Cela est valable si vous vous connectez depuis votre ordinateur, votre appareil mobile, qu’il s’agisse d’un téléphone ou d’une tablette. Et vous pouvez librement utiliser les réseaux gratuits de WiFi avec votre ordinateur, sans prendre le risque que votre trafic soit intercepté.

Installez un VPN dès aujourd’hui, ou suivez nous sur le VPN blog et les réseaux sociaux pour profiter d’offres VPN gratuites.

Articles relatifs:

Abonnez-vous aujourd'hui!

Acheter Le VPN à partir de €4,95 par mois avec la garantie Satisfait ou Remboursé pendant 7 jours et profiter d'Internet selon vos règles!

PAS DE JOURNAL

SERVEURS DANS 114 PAYS

P2P autorisé

Facile à utiliser

Garantie de 7 Jours

Assistance amicale

Bitcoin accepté

Vitesse de l'éclair