Les parlementaires américains dénoncent les pratiques de la NSA

Les parlementaires américains dénoncent les pratiques de la NSA

Ce 17 juillet, des parlementaires américains ont fortement critiqué les programmes de surveillance mis en place par l’agence de renseignement NSA : Ces représentants qui sont aussi bien démocrates que républicains estiment que ces actions violent la vie privée des Américains et menacent de ne pas renouveler les lois qui les autorisent.

Depuis le début de l’affaire PRISM, les médias comme les élus se sont davantage focalisés sur la traque d’Edward Snowden, l’ancien consultant de la puissante agence chargée des interceptions téléphoniques et informatiques, que sur les faits qu’il dénonçait. Les élus réagissent enfin en apostrophant les représentants des services de renseignement et du ministère de la Justice. Selon eux, la collecte des métadonnées (numéro appelé, durée de l’appel) concernant les communications de millions d’Américains va au-delà de ce qui est autorisé par la Constitution et la loi. Zoe Lofgren, la représentante démocrate a même indiqué : «Je crois très clairement que ce programme est sorti des rails de la légalité».

En effet, la loi initialement établie en 1978 à la suite du scandale du Watergate visait à n’autoriser la surveillance des communications que s’il y a une suspicion envers une personne susceptible de mener des activités terroristes. Or la NSA va trop loin : elle prétend collecter des milliards de méta-données, comme si elle récupérait une botte de foin pour y trouver une aiguille. Et nul organisme, même pas la FISC (Foreign Intelligence Surveillance Court) – cette cour secrète chargée de valider le cadre des programmes de l’agence de renseignement NSA et qui oblige par exemple les opérateurs téléphoniques à remettre les données à l’agence de renseignement NSA – n’a de contrôle sur les activités de surveillance de l’agence.

John Conyers, le principal élu démocrate de la commission, a demandé à ce que cela s’arrête immédiatement et que les décisions les plus importantes de la FISC soient déclassifiées. En effet, en 2012, des recherches n’ont concerné que les données de «300 identifiants uniques» en cas de soupçon d’activité terroriste.

Et James Cole, le numéro deux du département de la Justice, dont le souci constant est de maintenir le bon équilibre entre la protection de la sécurité nationale et celle de la vie privée et des libertés publiques d’indiquer : «Nous pensons que ces programmes respectent cet équilibre », faisant référence au programme de collecte des métadonnées et au programme Prism de surveillance d’internet. «Ces deux programmes sont conduits suivant des lois votées par le Congrès», a-t-il confirmé, suite aux mises en cause des élus. Et d’affirmer que «la collecte n’a de valeur que si les données sont utilisées » Côté républicain, les esprits s’échauffent aussi : James Sensenbrenner, l’un des promoteurs du Patriot Act en 2001 et de sa section 215 qui prévoit la collecte des métadonnées a lancé au secrétaire adjoint à la Justice : «la section 215 expire fin 2015 et elle ne sera pas renouvelée, à moins que vous ne réalisiez que vous avez un problème.».

Utilisez un service VPN pour que votre connexion internet soit à l’abri des yeux et oreilles indiscrets. Votre ordinateur ou votre téléphone mobile seront ainsi caché derrière les nombreux serveurs Le VPN : en étant connecté au VPN, personne ne pourra accéder à votre ordinateur sans passer par les serveurs protégés du VPN.

De plus, votre connexion Internet sera cryptée avec un niveau top secret qui vous protège contre les pirates et les oreilles clandestines qui tentent d’écouter ou d’obtenir les informations sensibles vous concernant. Enfin, votre adresse IP sera être remplacée par une adresse anonyme : Le VPN vous permettra ainsi de réduire vos mouvements en ligne en masquant vos informations de routage.

Articles relatifs:

Abonnez-vous aujourd'hui!

Acheter Le VPN à partir de €4,95 par mois avec la garantie Satisfait ou Remboursé pendant 7 jours et profiter d'Internet selon vos règles!

PAS DE JOURNAL

SERVEURS DANS 114 PAYS

P2P autorisé

Facile à utiliser

Garantie de 7 Jours

Assistance amicale

Bitcoin accepté

Vitesse de l'éclair