La liberté sur Internet recule

La liberté sur Internet recule

La liberté d’accès à Internet a reculé pour la cinquième année consécutive dans le monde, selon un rapport que vient de publier l’ONG Freedom House. La liberté d’expression sur Internet a en effet diminué dans 32 des 65 pays étudiés par l’association depuis juin 2014, l’ensemble de ce panel représentant 88% des utilisateurs d’Internet au niveau mondial.

Pour Freedom House, cela est lié à trois principaux phénomènes : tout d’abord, on note l’augmentation des retraits de contenus. Dans 42 pays (contre 37 l’an passé), les autorités gouvernementales ont ainsi requis d’entreprises privées et d’internautes de restreindre l’accès, ou même de supprimer des contenus à travers des groupes comme Alphabet (ex-Google), Facebook ou Twitter. Les arrestations et les intimidations ont également augmenté : 40 pays (contre 38 en 2014) ont emprisonné leurs citoyens pour avoir partagé en ligne des contenus portant sur des sujets politiques, sociaux ou religieux. Par ailleurs, les lois dites de surveillance se multiplient : «14 gouvernements sur 65 ont adopté de nouvelles lois pour accroître la surveillance du Net depuis juin 2014 et renforcé leur équipement de surveillance».

Parmi les sujets censurés, on recense les propos critiquant le pouvoir en place (47 pays). A ce sujet, en Thaïlande, des milliers de sites Internet culturels traitant de poésie, de théâtre et même des radios en ligne ont été fermés. Des gouvernements ont également cherché à étouffer des accusations de corruption (28) et à censurer les opposants politiques (23) en bloquant des blogs et contenus sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, 21 pays ont censuré des contenus qui portaient atteinte à la religion et 16 pays ont empêché des mobilisations en ligne, qu’il s’agisse d’appel à manifester, de pétitions …

De fait, Freedom House a classé les 65 pays étudiés en trois catégories, leur attribuant à chacun un score : 0 pour le plus haut degré de liberté et 100 le plus faible. Pour les classer, l’ONG a choisi trois critères : l’accès à Internet, la censure des contenus et les violations des droits des internautes. Après analyse, 18 pays sont considérés comme «libres», 29 entrent dans la catégorie des «partiellement libres» et 19 ne sont pas considérés comme libres.

C’est la Chine qui, sans grande surprise, récolte le plus mauvais score de la liste (88), devant la Syrie et l’Iran qui se classent ex aequo (87 points). De par son arsenal législatif très contraignant, le gouvernement chinois surveille minutieusement le net : il bloque régulièrement le contenu des sites Internet, jugés moralement et politiquement nuisibles, bloque Facebook Login ou des chansons jugées immorales.

C’est de fait en Islande que l’on surfe le plus librement. Le pays continue d’avoir l’un des taux d’accès à Internet les plus élevés au monde (98% de la population) et a aussi présenté ces derniers mois des projets de loi en faveur des internautes. Suivent ensuite l’Estonie, le Canada, l’Allemagne, l’Australie, les États-Unis, le Japon et l’Italie.

La France figure à la douzième place des 18 pays classés «libres» avec 24 points. Elle est en recul par rapport à 2014 (20 points). «La position de la France a principalement baissé à cause de politiques adoptées après les attaques terroristes de Charlie Hebdo» en janvier, explique l’ONG. Et de citer directement la loi sur le renseignement adoptée en France par le Parlement en juin, qui est fort controversée : l’ONG fait notamment référence à l’installation désormais autorisée sur les réseaux d’outils d’analyse automatique des données, surnommés les «boîtes noires» par ses détracteurs.

Freedom House précise aussi «les restrictions imposées sur les contenus pouvant être perçus comme faisant « l’apologie du terrorisme » et les poursuites engagées contre des internautes». Quelques jours après les attentats de janvier 2015, les condamnations pour apologie du terrorisme s’étaient succédé. La loi contre le terrorisme votée en novembre 2014 permet également des condamnations plus lourdes qu’auparavant (jusqu’à 7 ans de prison et 100.000 euros d’amende) et autorise la comparution immédiate.

Pour contourner efficacement la censure sur Internet, sans subir de représailles, optez pour les services d’un VPN qui vous permettent de choisir votre pays de connexion. Quel que soit le pays où vous vivez, vous pouvez choisir de domicilier votre connexion dans plus de 100 pays où l’accès n’est ni filtré, ni restreint. Vous pourrez alors accéder dans l’anonymat aux sites de votre choix, notamment aux sites bloqués dans votre pays, sans que quiconque puisse suivre vos mouvements sur Internet. Optez dès aujourd’hui pour Le VPN et profitez de l’offre Le VPN Premium, pour surfer en toute liberté et en toute sécurité.

Notre service VPN code votre connexion internet par un cryptage complexe. Ce chiffrage rend impossible toute interaction avec vos données personnelles, même si votre connexion a été compromise ou interceptée. Chaque information que vous envoyez ira directement dans votre tunnel virtuel sécurisé. Avec Le VPN, vous pouvez ainsi facilement diriger votre trafic en choisissant un serveur dans l’un des 114 pays disponibles. Ainsi, vous vous assurez les services du meilleur VPN pour une connexion Internet sécurisée et libre, depuis votre ordinateur, tablette ou téléphone portable.

SOLDES DE FIN D'ANNÉE: 2 ANS D'ABONNEMENT LE VPN POUR €69,60!

PAS DE JOURNAL

SERVEURS DANS 114 PAYS

P2P autorisé

Facile à utiliser

Garantie de 7 Jours

Assistance amicale

Bitcoin accepté

Vitesse de l'éclair

Laisser une répone