La Freedom House et la population mondiale

La Freedom House et la population mondiale

La liberté de la presse a connu son année la plus noire de la décennie, en particulier en Egypte, en Turquie, en Ukraine mais aussi aux Etats-Unis sur les questions de sécurité nationale, dénonce une étude américaine menée par l’ONG américaine Freedom House.

Contrôle de l’information, harcèlement physique ou moral des journalistes couvrant des mouvements de protestation ou d’autres sujets sensibles, restriction d’accès pour les journalistes étrangers, contraintes économiques et juridiques sur les points de vente de presse, sur les médias en ligne et sur les médias sociaux, pression politique sur la ligne éditoriale des médias… Le rapport de Freedom House a étudié différents cas où la liberté de la presse est bafouée.

Selon le rapport annuel de cette ONG, seulement 14% de la population mondiale a accès à une presse « libre », ce qui représente une personne sur sept. Le rapport révèle aussi que 44% de la population mondiale vit dans des zones où la presse « n’est pas libre » et 42% dans des zones où les médias sont « partiellement libres ».

Sur les 197 pays et territoires étudiés en 2013, Freedom House recense 63 pays « libres », 68 « partiellement libres » et 66 « non libres ». L’appréciation générale de l’exercice de la liberté de la presse tombe à son niveau le plus bas depuis 2004 et le nombre de personnes ayant accès à des médias libres est à son plus bas 1996.

« Nous observons une régression générale de la liberté de la presse, avec des gouvernements et des acteurs privés qui s’en prennent aux journalistes, soit en leur barrant l’accès à des événements, soit en les censurant, soit en les licenciant sur des motifs politiques », indique l’ONG.

Parmi les pays où les médias sont les plus muselés, la palme revient à la Corée du Nord. La Biélorussie, Cuba, la Guinée équatoriale, l’Érythrée, l’Iran, le Turkménistan et l’Ouzbékistan sont également  montrées du doigt.

« Dans ces États, les médias indépendants sont inexistants ou à peine capables de fonctionner, la presse agit comme porte-parole du régime, l’accès des citoyens à une information impartiale est sévèrement limitée, et la dissidence est écrasée par l’emprisonnement, la torture et d’autres formes de répression », précise l’étude, qui signale toutefois des changements positifs et une certaine ouverture à Cuba. Les pays nordiques (Pays-Bas, Norvège et Suède) sont au contraire les pays où la presse est la plus libre.

Certes, le bilan est quelque peu plombé par la Chine, considérée comme « non libre » et l’Inde, « partiellement libre » car ces deux pays pèsent pour plus d’un tiers de la population mondiale.

Quant aux Etats-Unis, ils voient leur note baisser par rapport à 2012, en raison « de la volonté limitée des hauts responsables de fournir des informations aux membres de la presse » et la prise pour cible de journalistes dans les enquêtes criminelles.

Pour contourner la censure sur Internet, optez pour les services d’un VPN qui vous permettent de choisir votre pays de connexion. Quel que soit le pays où vous vivez, vous pouvez choisir de domicilier votre connexion dans l’un des 20 pays où l’accès n’est ni filtré, ni restreint. Vous pourrez ainsi accéder dans l’anonymat aux sites de votre choix, notamment aux sites bloqués dans votre pays, sans que quiconque puisse suivre vos mouvements sur Internet. Optez dès aujourd’hui pour Le VPN et profitez de sa nouvelle offre Le VPN Premium, pour surfer en toute sécurité.

Articles relatifs:

Offre Spéciale été

2 ans d'abonnement Le VPN pour €69,60!