Une loi pour contrôler internet en Turquie

Une loi pour contrôler internet en Turquie

Le gouvernement turc a déposé au Parlement un projet de loi qui implique un contrôle très sévère sur internet. Cela vise  notamment l’autorisation de la surveillance des activités des utilisateurs ou le blocage de certains mots-clés.

Ce texte doit permettre à l’autorité gouvernementale en charge des télécommunications de limiter l’accès aux sites de partage de vidéos, mais aussi de conserver pendant deux ans un journal  des activités de chaque internaute sur le web en listant les sites ou réseaux sociaux visités et les mots-clés qu’il a utilisés.

Si ce projet vise à « protéger la famille, les enfants et la jeunesse des informations qui, sur internet, encourage la consommation de drogues, les abus sexuels et le suicide » selon le journal Hürriyet, qui a révélé l’information, il crée également la controverse. D’autant  que selon ce même journal, le gouvernement islamo-conservateur envisagerait aussi de créer une nouvelle entité à laquelle tous les fournisseurs d’accès à internet seraient contraints d’appartenir.

Dans son Transparency Report (“rapport sur la transparence“), Google a classé fin 2013 la Turquie, avec la Chine, au premier rang des censeurs du web, avec une hausse de 966% du nombre de demandes de retraits d’informations sur les six derniers mois.

“La Turquie n’est pas la Chine et ne le deviendra jamais“, a souhaité se défendre  le vice-Premier ministre et porte-parole de l’AKP Huseyin Celik, interrogé sur le texte soumis au Parlement.

“N’existe-t-il pas un consensus dans ce pays en faveur de lois pour réguler les réseaux sociaux et internet ? Nous pouvons mettre en place des règles fondées sur les normes en place partout ailleurs dans le monde“, a-t-il précisé.

En 2008, la plateforme de vidéos YouTube avait été interdite en Turquie après avoir diffusé des images montrant des supporteurs de football grecs se moquant des Turcs. L’interdiction avait été toutefois levée deux ans plus tard, sur décision de justice. Ce 9 Janvier, c’était au tour de Vimeo, autre plateforme de partages de vidéos d’être bloqué, suite à une décision du parti gouvernemental. Vimeo avait été beaucoup été utilisé par les internautes pour relayer les manifestations anti-gouvernementales de l’été 2013.

Le Premier ministre turc  lui-même Recep Tayyip Erdogan est connu comme étant un adversaire résolu des réseaux sociaux. Lors de la fronde antigouvernementale de juin dernier, il avait d’ailleurs estimé que Twitter était un “fauteur de trouble“ outil de communication  privilégié des manifestants qui réclamaient sa démission.

«Le gouvernement essaye de faire taire internet et les médias sociaux, comme il l’a fait avec les médias à la suite de l’enquête de corruption», a déclaré Emrehan Halici, vice-président du CHP.

Pour contourner la censure sur Internet, optez pour les services d’un VPN qui vous permettent de choisir votre pays de connexion. Quel que soit le pays où vous vivez, vous pouvez choisir de domicilier votre connexion dans l’un des 20 pays où l’accès n’est ni filtré, ni restreint. Vous pourrez ainsi accéder dans l’anonymat aux sites de votre choix, notamment aux sites bloqués dans votre pays, sans que quiconque puisse suivre vos mouvements sur Internet. Optez dès aujourd’hui pour Le VPN et profitez de sa nouvelle offre Le VPN Premium, pour surfer en toute sécurité.

Articles relatifs:

Offre Spéciale été

2 ans d'abonnement Le VPN pour €69,60!