L’Union Européenne aussi victime du scandale Prism

L’Union Européenne aussi victime du scandale Prism

prism

Début juin, l’Union européenne s’était indignée d’apprendre que la NSA,  l’Agence nationale de sécurité américaine, avait mis en place un immense programme de surveillance informatique à l’échelle mondiale, intitulé «Prism», lui permettant d’avoir accès aux données personnelles des particuliers (e-mails, SMS, messages sur Facebook, photos, cloud…). Cette dérive de la lutte contre le terrorisme avait été révélée par Edward Snowden, un ancien employé de l’Agence désormais devenu informateur militant, à l’instar de Julian Assange (WikiLeaks) poursuivi pour «espionnage» par la justice américaine.

Pendant que les rumeurs de la présence d’Edward Snowden en Russie ou de ses requêtes pour être accueilli par le gouvernement équatorien ne cessent de monter, on apprend que l’Union européenne aurait aussi fait partie des «cibles» de la NSA selon le magazine allemand Der Spiegel.

Der Spiegel se base sur des documents confidentiels qu’il aurait pu consulter grâce à Edward Snowden. Les autorités américaines auraient donc aussi espionné les représentants de l’UE à Washington, à l’ONU, et même à Bruxelles grâce à Prism. Ces experts de l’U.E. ont été pris pour cibles par l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA), qui les a mis sur écoute et a infiltré leur réseau informatique. La NSA aurait notamment mis sur écoute le réseau téléphonique et internet du bâtiment qui est le principal siège du Conseil de l’Union européenne et aurait aussi fait de même dans les bureaux de l’OTAN basés près de Bruxelles.

Ce nouveau rebondissement de l’affaire Snowden a fait vivement réagir les autorités européennes qui ont demandé des explications au gouvernement américan. «Entre partenaires, on n’espionne pas», a insisté la commissaire européenne à la Justice Viviane Reding.

Côté américain, Ben Rhodes, conseiller adjoint à la Sécurité nationale a été le seul à réagir en précisant que les Européens étaient «parmi les alliés les plus proches» des Etats-Unis en matière de renseignement.

Le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean Asselbron, a affirmé que «les États-Unis feraient mieux de surveiller leurs services de renseignement plutôt que leurs alliés». L’espionnage américain grâce à Prism est «hors de contrôle», juge-t-il. Il souligne que si les activités de renseignement «sont justifiées par la lutte contre le terrorisme, l’Union Européenne et ses diplomates ne sont pas des terroristes».

La meilleure façon de garantir que vos données personnelles ne soient pas volées sur Internet est d’utiliser un service VPN. Le VPN permet de réduire vos mouvements en ligne en remplaçant vos informations de routage, grâce à une adresse IP rendue anonyme. Les serveurs DNS sécurisés gardent le secret des requêtes que vous effectuez, afin que personne ne puisse voir votre historique de navigation. Par ailleurs, votre connexion Internet est cryptée avec un système très fort qui vous protège des pirates et des oreilles clandestines qui tentent d’écouter ou d’obtenir les informations sensibles vous concernant. Votre connexion Internet est cachée derrière les nombreux serveurs Le VPN : quand vous êtes connecté au VPN, personne ne peut accéder à votre ordinateur ou à votre appareil mobile, sans passer par les serveurs protégés du VPN.

Articles relatifs:

Abonnez-vous aujourd'hui!

Acheter Le VPN à partir de €4,95 par mois avec la garantie Satisfait ou Remboursé pendant 7 jours et profiter d'Internet selon vos règles!

PAS DE JOURNAL

SERVEURS DANS 114 PAYS

P2P autorisé

Facile à utiliser

Garantie de 7 Jours

Assistance amicale

Bitcoin accepté

Vitesse de l'éclair