« Panama papers »: le plus grand scandale moderne

« Panama papers »: le plus grand scandale moderne

Si vous n’avez pas suivi l’affaire des « Panama papers », cet article va vous plaire. Il s’agit du nouveau « leak » : une affaire de paradis fiscaux sur laquelle 109 médias internationaux dans 76 pays ont travaillé pendant des mois. Ils se sont coordonnés via le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ). Ils ont eu accès à une masse d’informations inédites qui mettent un coup d’éclairage sur le monde opaque de la finance offshore et des paradis fiscaux.

Ce scandale concerne plus exactement de sociétés offshore créées dans des pays où les impôts sont très faibles, voire inexistants.

Cela, en soi, n’est pas illégal ; ainsi, la loi française ne l’interdit pas même si cela est très encadré car il faut déclarer le plus souvent et payer des impôts quand même.

Les 11,5 millions de fichiers proviennent des archives du cabinet panaméen Mossack Fonseca, spécialiste de la domiciliation de sociétés offshore, entre 1977 et 2015. Il s’agit de la plus grosse fuite d’informations jamais exploitée par des médias.

D’après les données et les entretiens que divers journaux ont menés, il apparaît clairement que l’intérêt du système de l’offshore réside dans la discrétion qu’il procure à ses clients.

Les « Panama papers » montrent comment Frédéric Chatillon et Nicolas Crochet ont monté un circuit complexe de sociétés offshore pour sortir 316 000 euros de la société Riwal.

Du côté des banques françaises, les informations ont permis de comprendre le rôle opaque de la Société générale : malgré le fait qu’elle s’était engagée à ne plus travailler avec les paradis fiscaux, le groupe français est dans les principales banques utilisant les services de la société panaméenne.

Dans les clients de Mossack Fonseca, on trouve des hommes politiques à l’international est bien représenté : on compte notamment des membres du gouvernement islandais, dont le premier ministre, propriétaire d’une société offshore qui n’est pas déclarée au fisc. Le président ukrainien a aussi créé une société offshore.

On retrouve aussi les riches amis du Président russe Vladimir Poutine.  Mais le monde du sport et du football est aussi bien représenté: Michel Platini (ancien président de l’UEFA), Jérôme Valcke (ancien numéro 2 de la FIFA) ou aussi Lionel Messi (Argentin, meilleur joueur du monde).

D’où vient la fuite qui a mis au jour le scandale des « Panama papers » révélant des millions de documents et données de la firme panaméenne Mossack Fonseca ? Elle vient d’une source qui a remis gracieusement au Süddeutsche Zeitung les fichiers de la société spécialisée dans le montage de sociétés offshore. Afin de protéger lanceur d’alerte, son identité n’a pas été divulguée aux médias partenaires du Consortium international de journalistes d’investigation (ICIJ) qui ont coopéré à cette enquête.

Mais l’authenticité des fichiers est confirmée : elle a été vérifiée à deux reprises, par la Süddeutsche Zeitung et par Le Monde. Plusieurs éléments de ce « leak », morcelés et plus anciens, avaient été vendus aux autorités fiscales allemandes, américaines et britanniques ces dernières années. C’est une procédure qui est assez habituelle, en particulier en Allemagne. La France fait quant à elle partie des pays à qui l’on a proposé l’achat d’une partie des « Panama papers ». En Allemagne, les investigations sur la base de ces documents ont impliqué une série de perquisitions en février 2015 contre des banques allemandes soupçonnées de complicités de blanchiment et de fraude fiscale. La Commerzbank, deuxième établissement bancaire d’Allemagne, a accepté en octobre 2015 de payer 17 millions d’euros d’amende pour avoir aidé certains de ses clients à frauder le fisc avec l’aide de sociétés enregistrées par Mossack Fonseca.

Le cabinet panaméen a annoncé le 5 avril avoir été victime d’un piratage informatique organisé à partir de serveurs étrangers et a porté plainte.

Utiliser un service VPN pour vous protéger des cybercriminels et oreilles indiscrètes devient chaque jour plus nécessaire. Ainsi vous vous assurez qu’aucune personne mal intentionnée n’écoute et n’utilise les données que vous envoyez, même lors d’une connexion internet non protégée. Vous évitez que vos mots de passe bancaires, vos comptes e-mail ou vos profils de réseaux sociaux soient interceptés et exploités à votre insu.

Notre service Le VPN code votre connexion internet par un chiffrement d’une grande complexe, en utilisant l’algorithme AES-256, qui empêche toute interaction avec vos données personnelles, même si votre connexion a été compromise ou interceptée. Chaque information que vous envoyez ira directement dans votre tunnel virtuel sécurisé. Avec Le VPN, vous pouvez facilement diriger votre trafic en choisissant un serveur dans l’un des 114 pays disponibles. Ainsi, vous vous assurez  les services du meilleur VPN disponible pour une connexion Internet sécurisée, depuis votre ordinateur, tablette ou smartphone.

 

Articles relatifs:

Offre Spéciale Printemps

2 ans d'abonnement Le VPN pour €69,60!