La loi contrôlant Internet confirmée par le président turc

La loi contrôlant Internet confirmée par le président turc

Les internautes de nationalité turc avaient largement dénoncé une censure. L’amendement le plus controversé de la nouvelle loi turc sur internet, qui autorise la censure de certains sites sans décision de justice, pourrait être amendée.

Le président turc Abdullah Gül a perdu immédiatement près de 80.000 followers sur son compte Twitter en signe de protestation au feu vert qu’il avait donné le 18 février à une loi renforçant le contrôle d’internet.

Le président turc qui est particulièrement actif sur les réseaux sociaux, a annoncé de façon surprenante sur Twitter qu’il promulguait la loi dite « liberticide » par l’opposition et de nombreuses ONG de défense de la liberté d’expression.

Depuis, les internautes turcs ont lancé une campagne pour cesser de suivre le chef de l’Etat, qui a expliqué avoir pris cette décision après avoir obtenu l’assurance du gouvernement qu’il présenterait des amendements au texte sur plusieurs points controversés.

La Turquie compte 34 millions internautes. Le projet de loi initial adopté le 5 février a provoqué un tollé de la part de l’opposition et des organisations turques de défense des droits de l’homme.

Tous ont crié à la censure et accusé le gouvernement de vouloir étouffer les accusations de corruption qui éclaboussent le Premier ministre Erdogan et son gouvernement depuis plusieurs mois.

Le gouvernement Erdogan a proposé immédiatement aux partis représentés au Parlement d’amender son texte sur sa disposition la plus critiquée, qui accordait à l’autorité gouvernementale des télécommunications (TIB) le droit de bloquer des sites internet sans décision de justice.

Désormais, l’amendement proposé impose à la TIB de communiquer sa décision de blocage à un tribunal : celui-ci aura 48 heures pour se prononcer, sinon celle-ci sera annulée.

La Turquie figure parmi les pays classés « sous surveillance » par RSF, en matière de cyber-censure. Elle est classée à la 154e place sur 179 dans le classement mondial 2013 de la liberté de la presse de RSF.

Pour contourner la censure sur Internet, optez pour les services d’un VPN qui vous permettent de choisir votre pays de connexion. Que vous viviez en Turquie ou ailleurs, vous pouvez choisir de domicilier votre connexion dans l’un des 20 pays où l’accès n’est ni filtré, ni restreint. Vous pourrez ainsi accéder dans l’anonymat aux sites de votre choix, notamment aux sites bloqués dans votre pays, sans que quiconque puisse suivre vos mouvements sur Internet. Optez dès aujourd’hui pour Le VPN et profitez de sa nouvelle offre Le VPN Premium, pour surfer en toute sécurité.

Articles relatifs:

Offre Spéciale Printemps

2 ans d'abonnement Le VPN pour €69,60!