L’affaire Bettencourt se poursuit sur Internet

L’affaire Bettencourt se poursuit sur Internet

Bettencourt

« Cet article a été censuré ». Le site d’information Mediapart a supprimé, tout comme le site du magazine Le Point, tous les articles et les extraits audio reprenant des extraits des enregistrements de la milliardaire Liliane Bettencourt. Les sites respectent ainsi à la décision de la Cour d’appel de Versailles, qui avait estimé que ces enregistrements portaient atteinte à la vie privée de la célèbre propriétaire de L’Oréal.

La justice a ordonné le 4 juillet à Mediapart et au Point de retirer de leurs sites Internet respectifs les retranscriptions des enregistrements pirates réalisés chez Liliane Bettencourt par son majordome, estimant que leur diffusion constituait une atteinte à la vie privée de la milliardaire propriétaire.

La cour d’appel de Versailles a également condamné les deux publications à verser chacun 20 000 euros de dommages et intérêts à Madame Bettencourt et 1 000 euros à son ancien gestionnaire de fortune, Patrice de Maistre.

« L’information du public (…) ne peut légitimer la diffusion, même par extraits, d’enregistrements obtenus en violation du droit au respect de la vie privée d’autrui », a précisé la cour.

C’est clairement un acte de censure judiciaire, comme on en a peu connu en France depuis plusieurs années.

Des médias internet – Rue 89 et Arrêt sur images – se sont tout de suite déclarés prêts à accueillir les retranscriptions des enregistrements pirates. Arrêt sur images l’a ainsi mis en ligne en accès libre : http://videos.arretsurimages.net/telecharger/mediapart_bettencourt_clean_pack.tar.gz

Edwy Plenel, directeur de Mediapart, a précisé qu’il allait se pourvoir en cassation et a indiqué que : « cette décision est liberticide et ubuesque, c’est un acte de censure de l’affaire Bettencourt et un appel à la mort de Mediapart, compte tenu de la lourdeur de la condamnation ».

En juin 2010, la milliardaire et M. de Maistre avaient assigné Le Point et Mediapart en référé afin que les retranscriptions écrites et des enregistrements audio révélés quelques jours auparavant soient retirés. Le 1er juillet 2010, le tribunal de grande instance de Paris, puis la cour d’appel avaient autorisé la diffusion de ces écoutes au motif que de telles informations relevaient du « débat démocratique ». Mais la Cour de cassation en avait décidé autrement en octobre 2011, cassant l’arrêt de la cour d’appel de Paris et renvoyant l’affaire à Versailles.

Une trentaine de médias ont signé l’appel « Nous avons le droit de savoir », pour dénoncer cette décision de justice, qui apparaît réellement illusoire à l’heure du web : l’intégralité du dossier Bettencourt de Mediapart a été dupliqué et figure encore un peu partout sur le web, notamment sur le service de téléchargement BitTorrent ou sur le site Reflets.info.

Pour éviter toute censure sur Internet, optez pour les services d’un VPN qui vous permettent de choisir votre pays de connexion. Que vous soyez domicilié en France ou ailleurs, vous pouvez choisir de domicilier votre connexion dans l’un des 114 pays où l’accès n’est pas restreint. Vous pourrez ainsi accéder dans l’anonymat aux sites de votre choix, sans subir la censure ni les représailles de la censure. Optez dès aujourd’hui pour Le VPN et profitez de sa nouvelle offre Le VPN Premium, pour surfer en toute sécurité.

Articles relatifs:

Offre Spéciale Printemps

2 ans d'abonnement Le VPN pour €69,60!