La liberté d’expression sur le web de nouveau brimée en Arabie Saoudite et au Tadjikistan.

La liberté d’expression sur le web de nouveau brimée en Arabie Saoudite et au Tadjikistan.

La liberté d’expression sur le web de nouveau brimée en Arabie Saoudite et au Tadjikistan. Au-delà des pays désignés « ennemis d’Internet » par Reporters sans frontières, la liste des Etats qui ne respectent pas le droit de s’exprimer librement sur Internet ne cesse d’augmenter.

L’Arabie Saoudite a en effet supprimé depuis le 5 juin l’accès à Viber, une application de voix sous IP qui permet de passer des appels téléphoniques et d’envoyer des messages textes. Selon la Commission des technologies de l’information et de la communication (CITC) « L’application Viber ne répond pas en l’état actuel aux règlements et à la réglementation en vigueur dans le royaume et elle a été suspendue à compter de ce jour ». Déjà, en mars dernier, l’Arabie Saoudite avait menacé de supprimer Skype et WhatsApp et rappelé à l’ordre entreprises locales de télécommunications en leur demandant de trouver avec les opérateurs et les fabricants des moyens pour surveiller ces applications. Le gouvernement a donc mis une partie de sa menace à exécution en coupant l’accès à Viber. Ils ne respectent pas la liberté d’expression de leurs compatriotes.

En parallèle, l’accès à YouTube a été bloqué pendant environ dix jours au Tadjikistan, en raison d’une vidéo montrant le chef de l’état, Emomalii Rahmon, chantant et dansant au mariage de son fils. Le département des Communications du pays a bien confirmé le blocage du site, sans pour autant en expliquer la raison, d’après le site The Daily Dot.

Le Tadjikistan ne compte que deux millions d’internautes, soit 25% de la population mais le régime craignait peut-être que cette vidéo se répande comme un « virus ». La vidé a été vue 200 000 fois avant que Youtube ne soit bloqué et a effectivement été mise en avant sur la page Facebook d’un dissident en exil. Cela fait au moins trois fois depuis le début de l’année que les autorités tadjikes bloquent YouTube. Une liberté d’expression interrompue.

Pour éviter toute censure sur Internet, optez pour les services d’un VPN qui vous permettent de choisir votre pays de connexion. Ainsi, une personne résidant en Arabie Saoudite, en Tadjikistan ou en Chine peut choisir de domicilier sa connexion dans l’un des 50 pays où l’accès n’est pas restreint . En cachant son adresse IP, elle pourra ainsi accéder dans l’anonymat aux sites de son choix, sans subir la censure ni les représailles de la censure. Optez dès aujourd’hui pour Le VPN et profitez de sa nouvelle offre VPN Premium, pour surfer en toute sécurité.

Articles relatifs:

Offre Spéciale Printemps

2 ans d'abonnement Le VPN pour €69,60!