L’Iran prendrait-il le chemin de la Russie vis à vis de Telegram ?

L’Iran prendrait-il le chemin de la Russie vis à vis de Telegram ?

Telegram en Russie

Nous vous avons parlé à plusieurs reprises du blocage de la messagerie chiffrée, Telegram, en Russie, et du mouvement de résistance numérique que cela a entrainé. Ainsi que de la participation de Le VPN à cette résistance, et du blocage de notre site qui en a résulté sur le territoire russe.

Telegram en Iran

En ce moment, un autre pays est en train de tenter d’imiter Moscou, il s’agit de l’Iran. En effet, lundi 7 mai, la justice iranienne, dans une décision très officielle, a intimé l’ordre à tous les fournisseurs d’accès internet du territoire, ainsi qu’aux opérateurs téléphoniques, de mettre en place les moyens nécessaires pour que Telegram soit bloqué dans le pays.

Cette décision est motivée par les mêmes arguments que ceux invoqués en Russie. La messagerie servirait à des groupes d’opposition violents, à des terroristes. Telegram refuse d’aider activement la justice, en délivrant les clés de chiffrement.

Le gouvernement iranien est assez coutumier de ce genre de blocage, puisque Facebook et Twitter sont déjà bloqués. Ce qui entraine une assez forte utilisation de services Vpn. En Iran, 40 millions de personnes utilisent la messagerie Telegram, sachant que le pays compte 82 millions d’habitants, nous sommes assez proche des 50%. C’est dire à quel point la naissance d’un très fort désaccord de la part de la population pourrait surgir à tout moment.

Le gouvernement ne souhaite pas bloquer Telegram

Sauf que, depuis lundi, il y a eu du nouveau ! En effet, le gouvernement iranien, lui-même, a désavoué la décision prise par la justice du pays. Telegram est pourtant interdit d’utilisation au sein des membres de ce même gouvernement, pour « raison d’état », mais pourtant, l’exécutif iranien « n’approuve pas » la décision imposant le blocage de la messagerie. Dans le message officiel publié sur le compte Instagram du président Hassan Rohani, on peut lire : « Le blocage et le filtrage récents de Telegram n’ont pas été mis en œuvre par le gouvernement, et le gouvernement ne les approuve pas ».

Il faut dire que M. Rohani fait partie des modérés, ce qui tranche assez clairement avec une autre tranche des organes dirigeants. Plusieurs explications, autres que l’ouverture du président, pourraient être évoquées, comme par exemple un acte de pure communication, ou alors l’exemple de la Russie.

Telegram, un blocage compliqué

Telegram passe en grande partie par les services d’Amazon Web Services, comme de nombreux gros autres sites. Ainsi, il est impossible de bloquer de manière efficace Telegram, sans bloquer également les services web d’Amazon. Ce qui veut dire, plus d’accès à Google, à Amazon (bien sûr), à Twitch, à Spotify… et à de très nombreux autres services. L’Iran ne souhaite peut-être pas en arriver à ces extrémités, et préfère certainement faire bonne figure en allant à l’encontre de sa justice.

Pour le moment, le gouvernement juge qu’un tel blocage serait un acte anti-démocratique, surtout à un moment de son histoire où l’Iran cherche à acquérir une nouvelle réputation, et où le pays est très fortement présent dans l’actualité, pour de multiples raisons. A toutes fins utiles, rappelons à nos utilisateurs francophones d’Iran, ou aux personnes qui seraient amenées à s’y rendre, que nos services sont accessibles depuis ce pays. Nous vous tiendrons informé des suites qui seront données à ce blocage.

Articles relatifs:

Offre Spéciale été

2 ans d'abonnement Le VPN pour €69,60!