La grande muraille électronique de Chine

La grande muraille électronique de Chine

La grande muraille Electronique de Chine. A l’occasion du Grand Prix de Formule 1 de Shanghai qui se déroule du 12 au 14 avril, Reporters sans frontières appelle les autorités chinoises à cesser la répression contre les acteurs de l’information et à renoncer à la censure.

La Chine occupe la 173e place sur 179 pays dans le classement mondial de la liberté de la presse. Le contrôle de l’information s’opère via la censure des médias chinois, des représailles contre les acteurs de l’information et une recrudescence des blocages de sites web et de la surveillance d’Internet.

A date, le triste bilan est de 30 journalistes et 69 net-citoyens emprisonnés grâce à la grande muraille électronique de Chine. Les autorités chinoises ont encore durci la répression depuis un peu plus d’un an : détentions arbitraires, jugements inéquitables et lourdes condamnations se sont multipliés et la cybercensure a été particulièrement douloureuse.

Harcèlement et pressions exercées sur les dissidents et leurs familles sont légion. Le Bureau de la Publicité (alias l’ancien Bureau de la Propagande) transmet chaque jour des directives très précises aux médias chinois, et notamment aux sites d’information, concernant les sujets ou événements à ne pas couvrir, ceux dont ils sont autorisés à parler en reprenant une dépêche de l’agence officielle Xinhua, et ceux qu’ils sont autorisés voire incités à couvrir. Dès qu’une affaire mobilise l’attention des médias, que ce soit sur le net ou sur les autres médias, les membres du Bureau leur rappellent l’importance de la stabilité politique et sociale de la Chine.

Ainsi, l’éditorial du Nouvel An de l’hebdomadaire réformiste Nanfang Zhoumo qui parlait des espoirs de changements pour 2013, a été censuré par le Département de la propagande, ce qui a provoqué une mobilisation sans précédent de journalistes et de net-citoyens en faveur de la liberté de l’information.

Les autorités pratiquent la désinformation et la censure pour contrôler leur image, notamment à l’international. Ce qui peut avoir des effets graves : la gouvernement chinois a attendu trois semaines après le décès de personnes ayant contracté le virus H7N9, y compris à Shanghai, pour évoquer le risque d’épidémie. Une dizaine d’internautes qui ont évoqué sur le web des cas d’infection ont été arrêtés pour avoir diffusé de soi-disant « fausses informations ».

La grande Muraille électronique de Chine ou « Great Firewall » est le surnom donné au système de censure et de surveillance du Net qui compte parmi les plus sophistiqués au monde.

Sur Internet, des mots-clés tels que “droits de l’homme” ou “Tiananmen” sont bloqués. Et les autorités chinoises enrôlent les entreprises privées comme les réseaux sociaux Tencent ou Sina pour surveiller les propos des internautes et supprimer les mentions concernant les sujets sensibles.

Le gouvernement cherche également à contrôler la couverture faite par les médias étrangers. Après la censure, en juin 2012 du site d’information du groupe Bloomberg, suite à son enquête sur la fortune de la famille du Président chinois, le New York Times a lui aussi été censuré et menacé de poursuites judiciaires après la publication d’un article sur la fortune accumulée par la famille du Premier ministre, Wen Jiabao. La BBC a aussi confirmé que « des coupures intermittentes (de ses programmes) ont été identifiées (…) et se sont intensifiées » en février dernier. En mars, ce sont deux journalistes britanniques de la chaîne Skynews qui ont été arrêtés. Et la Chine continue de refuser de plus en plus de visas et d’accréditations.

Pour éviter la censure et vous connecter aux sites de votre choix, notamment aux sites médias bloqués, optez pour un service VPN qui rendra votre connexion Internet totalement anonyme. Il vous suffit pour cela de sélectionner un serveur VPN dans l’un des 50 pays. Vous pourrez accéder aux sites bloqués et en plus protéger vos activités sur Internet avec un tunnel VPN sécurisé virtuel incluant un cryptage militaire. L’installation VPN est simple et ne prend pas plus de 2 minutes. Achetez un service VPN ou testez dès aujourd’hui notre offre de VPN gratuit.

Articles relatifs:

Offre Spéciale été

2 ans d'abonnement Le VPN pour €69,60!