La responsabilité des géants du web dans le scandale NSA

La responsabilité des géants du web dans le scandale NSA

Google, Yahoo,  Facebook et Apple … souhaitent regagner la confiance de leurs utilisateurs, et viennent de publier le nombre de requêtes secrètes déposées par la NSA, une première depuis les révélations d’Edward Snowden.

Cela fait suite aux autorités américaines qui, une semaine plus tôt, comme souhaité président Obama, ont permis à ces entreprises de dévoiler plus d’informations sur la surveillance de leurs utilisateurs par le renseignement américain.

Yahoo! est le plus concerné par ces demandes d’informations sur des utilisateurs suspects ou à propos de contenus illicites. L’entreprise déclare qu’environ 30.000 comptes d’utilisateurs ont été visés par des injonctions judiciaires. Les données concernées sont essentiellement des mots-clés suspects dans des e-mails, mais aussi des photos et des carnets d’adresses. Le groupe a précisé que les demandes de la FISA ne concernaient que 0,01% de ses abonnés. Microsoft a quant à lui reçu environ 15.000 requêtes pour ses utilisateurs, Google autour de 9000 et Facebook 6000. Rien n’a été dit sur le pourcentage de réponse positive aux requêtes.

Or, toutes ces demandes étaient légales car elles ont été établies dans le cadre de mandats délivrés par le tribunal chargé de contrôler les opérations du renseignement (FISA).

« La publication de ces informations représente un premier pas dans la bonne direction et défend les principes d’une réforme que nous avons appelée de nos vœux en décembre dernier », a indiqué le responsable juridique de Google . » Les représentants de Google  évoquent le fait de  « croire à la nécessité de davantage de transparence pour que chacun puisse mieux comprendre les mécanismes des lois sur la surveillance et juge si elles servent l’intérêt national ».

Apple avait indiqué la semaine dernière avoir reçu des demandes pour moins de 249 utilisateurs lors de la première partie de l’année 2013. Et qu’il s’agissait de  carnets d’adresses et non sur le contenu des appareils.

La publication de ces chiffres a été autorisée par le ministère de la Justice sous réserve que les entreprises respectent un délai de six mois après les requêtes déposées par la FISA. L’arrangement passé empêche toutefois les grandes entreprises de publier davantage de détails sur ces demandes. Ces groupes se sont engagés à régulièrement publier ce type d’informations mais on en échange retiré la plainte qu’ils avaient déposée auprès du tribunal secret chargé d’ordonner les programmes de surveillance (FISC, Foreign Intelligence Surveillance Court).

« Comme évoqué précédemment, nous croyons que les gouvernements ont la responsabilité de protéger les gens et qu’ils peuvent le faire tout en étant transparents », a écrit le responsable juridique de Facebook Colin Stretch sur son blog.

La meilleure façon de masquer les traces que vous laissez sur Internet est d’utiliser un service VPN. Le VPN permet de réduire vos mouvements en ligne en remplaçant vos informations de routage : votre adresse IP va ainsi être remplacée par une adresse anonyme. Nos serveurs DNS sécurisés gardent le secret des requêtes que vous effectuez, afin que personne ne puisse jeter un œil sur votre historique de navigation.

Votre connexion Internet est cryptée avec un niveau top secret qui vous protège contre les pirates et les oreilles clandestines qui tentent d’écouter ou d’obtenir les informations sensibles vous concernant.

Votre ordinateur est caché derrière les nombreux serveurs du VPN : quand vous êtes connecté au VPN, personne ne peut accéder à votre ordinateur sans passer par les serveurs protégés du VPN.

Articles relatifs:

Offre Spéciale Printemps

2 ans d'abonnement Le VPN pour €69,60!