Comment Éviter le Cyberharcèlement ?

Comment Éviter le Cyberharcèlement ?

L’utilisation des réseaux sociaux, bien qu’amusante si elle se fait avec modération, peut entraîner de nombreuses conséquences indésirables, notamment le cyberharcèlement. Les plus jeunes rêvent parfois d’avoir des milliers de followers et de devenir une célébrité sur internet, mais cela mène souvent au harcèlement, et contrairement aux stars de cinéma, nous ne disposons pas des ressources pour engager des professionnels qui garantiront notre sécurité physique et géreront notre communication. Bien que certains messages obscènes et farfelus puissent être amusants, ils deviennent rapidement très fatigants voire effrayants.

Heureusement, il existe de nombreuses possibilités pour faire face à ces situations. Par mesure de précaution, vous devriez vous assurer que vos comptes de réseaux sociaux ne partagent pas vos informations personnelles, que vous ne diffusez pas vos données de façon maladroite et que vous utilisez un VPN pour masquer votre adresse IP. Les fournisseurs de VPN professionnels comme Le VPN s’assureront que personne ne puisse lier vos comptes de réseaux sociaux avec vos informations privées et votre emplacement physique.

Qu’est-ce que le Cyberharcèlement ?

Bien que les « j’aime » de votre ex sur Facebook et ses photos sur Instagram puissent être ennuyeux, il ne s’agit pas de cyberharcèlement. Le cyberharcèlement commence lorsque vous recevez des messages, e-mails ou d’autres éléments de façon répétitive, et surtout indésirable, de la part d’une personne tentant d’accéder à vos profils de réseaux sociaux.

Le cyberharcèlement comporte plusieurs stades, et bien qu’un léger ennui causé par des commentaires obscènes occasionnels puisse être une bonne raison pour bloquer un compte, cela ne constitue ni un réel danger, ni une véritable infraction. La problématique commence lorsqu’une personne se met à vous envoyer des messages à répétition, jusqu’à plusieurs fois par jour, et surtout lorsque cette même personne gère plusieurs comptes à la fois. Cette pratique est illégale et vous devrez la signaler tant au site internet concerné qu’aux autorités.

La plus grande menace liée au cyberharcèlement, c’est lorsque la ligne de démarcation entre le monde virtuel et la vie réelle est rompue. Cela se traduit par la collecte de vos données personnelles, le fait de contacter vos amis et même la tentative de vous harceler physiquement. Dans une telle situation, vous devez immédiatement faire appel à la police et obtenir une injonction d’interdiction de communiquer.

Qui vous Cyberharcèle ?

La plupart des personnes qui se livrent au cyberharcèlement connaissent déjà la victime. Bien que les messages quotidiens de la part de vos amis soient courants et généralement désirés, même s’ils sont parfois agaçants, la même quantité de correspondance avec un de vos collègues, une personne que vous connaissez à peine, ou un inconnu rencontré sur internet, peut être considérée comme du cyberharcèlement.

Dans la plupart des cas, la victime n’exprime pas son malaise afin de ne pas être perçue comme impolie, mais cette réaction est très contre-productive. Il est beaucoup plus facile de dire à quelqu’un que vous ne voulez pas discuter avec lui, que de souffrir au nom du savoir-vivre.

Qui plus est, certains de ces agresseurs peuvent être l’un ou l’une de vos ex. Si vous avez des relations amicales avec eux, demandez-leur simplement d’arrêter, car vous n’êtes pas disposé à discuter. Si vous êtes en mauvais termes avec eux, bloquez-les et ne répondez pas.

Lois contre le Cyberharcèlement

Tout comme le harcèlement classique, le cyberharcèlement est en France puni par la loi, en vertu du code pénal. Selon la gravité des faits, les sanctions peuvent aller jusqu’à une peine d’emprisonnement. La loi prévoit en effet un maximum de 2 ans de prison et 30 000 € d’amende pour l’auteur des faits. Si la victime est âgée de moins de 15 ans, cette peine peut même atteindre 3 ans de prison et 45 000 € d’amende. Des lois spécifiques sur le cyberharcèlement ont été adoptées dans la plupart des pays du monde, même si elles tombent parfois sous la coupe du harcèlement de manière générale.

Cyberharcèlement contre Cyberintimidation

Bien que le cyberharcèlement et la cyberintimidation puissent avoir les mêmes résultats, car ils créent un sentiment de peur et de malaise chez la victime, l’origine de ces deux phénomènes est très différente. Contrairement à l’intimidation, le harcèlement en ligne n’est pas malveillant du point de vue de l’agresseur. En raison d’un manque de communication, d’un malentendu ou de troubles mentaux, certaines personnes peuvent mal évaluer la relation que vous avez avec elles.

Nous le savons tous, ce qui est drôle entre amis proches, peut être considéré comme du harcèlement par des étrangers, et si vous avez affaire à une personne ayant des troubles mentaux, elle peut estimer que vous êtes un proche et même se faire des idées sur votre relation. Contrairement aux cyberintimidateurs qui ont pour but de vous faire peur d’une manière ou d’une autre, les harceleurs en ligne sont généralement des personnes qui se sentent en droit d’avoir du temps et de l’attention ou qui pensent que vous avez un lien avec elles.

Signes de Cyberharcèlement

Il n’existe pas de diagnostic objectif pour déterminer à quel moment vous êtes victime de cyberharcèlement. Certaines personnes ne sont pas contrariées si quelqu’un commente chacune des photos sur leurs réseaux sociaux, tandis que d’autres ressentent un stress immédiat. Si vous recevez des messages non désirés, vous devriez demander à la personne qui les envoie d’arrêter. Si vous avez clairement indiqué que vous ne voulez pas communiquer et que vous recevez toujours ces messages, alors vous êtes victime de cyberharcèlement.

Il existe également un problème lié aux e-mails anonymes ou aux messages provenant de comptes anonymes sur les réseaux sociaux. Si vous recevez des menaces, des remarques méprisantes ou des commentaires obscènes non désirés, bloquez immédiatement le compte ou l’adresse mail à l’origine. S’ils persistent et que vous continuez à recevoir des messages de sources inconnues, avertissez la police et signalez le problème, car vous êtes victime de cyberintimidation.

Que faire en cas de cyberharcèlement et comment l’éviter ? | Le VPN

Comment Éviter de Devenir une Victime ?

Comme il est assez facile d’empêcher le cyberharcèlement, il vaut mieux y penser avant que de régler le problème une fois qu’il est trop tard. Traiter avec une personne souffrant d’une affection mentale peut mettre à rude épreuve vos émotions et votre psychisme. Nous avons tous de l’empathie naturelle et n’aimons pas voir les gens souffrir, mais dans de telles situations, vous risquez de faire encore plus de mal à une personne qui souffre déjà. Ce n’est en aucun cas de votre faute, et une action en justice est probablement le seul moyen de protéger à la fois vous-même, les futures victimes probables de cyberharcèlement et l’agresseur lui-même contre tout autre préjudice.

Il y a cinq étapes nécessaires pour se protéger contre le cyberharcèlement, et elles correspondent globalement aux bonnes pratiques en matière de cybersécurité, ainsi qu’au savoir-vivre sur les réseaux sociaux. Le but n’est pas de vous empêcher de profiter de tout ce que le Net a à vous offrir, mais d’être en sécurité en le faisant.

1. Ne partagez pas Plus que Nécessaire

La meilleure solution consiste à ne pas utiliser votre vrai nom sur les réseaux sociaux. Malheureusement, cette option est désormais devenue compliquée, car même les employeurs souhaitent avoir accès à vos réseaux sociaux afin de se faire une idée sur votre personnalité et votre expérience.

Si vous avez besoin d’afficher votre nom et votre photo, verrouillez votre profil pour que seules les personnes autorisées puissent les voir. Vos amis, vos parents et votre employeur potentiel connaissent déjà votre numéro de téléphone, votre adresse et votre éducation ; il n’est pas nécessaire de la partager avec des étrangers. Ajoutons que les sites de réseaux sociaux sont fréquemment piratés et diffusent vos informations, ce qui signifie que même si elles sont verrouillées, elles ne sont pas forcément sécurisées. Votre mot de passe pourrait par exemple être volé par un logiciel espion.

Les cas où la plupart des gens partagent en excès sont les applications de rencontres, puisque de nombreuses informations personnelles sont dévoilées afin de mieux connaître quelqu’un d’autre. C’est un vrai problème quand on sait combien il existe d’arnaques sur Tinder.

De plus, la géolocalisation doit toujours être désactivée sur votre téléphone, pour éviter de révéler votre position et vos mouvements via des tweets ou des photos.

2. Mettez vos Logiciels à Jour

Ceci est un principe général de cybersécurité, mais c’est également important si vous ne voulez pas être facilement harcelé. Les logiciels sont constamment mis à jour pour prévenir les fuites d’informations et autres menaces à la sécurité, car elles peuvent permettre à votre harceleur d’obtenir toujours plus d’informations personnelles vous concernant. Les mises à jour sont particulièrement importantes sur les smartphones, car non seulement ils contiennent des données précieuses, mais ils indiquent également votre position exacte.

Dans les cas les plus extrêmes de cyberharcèlement, les agresseurs embaucheront même des pirates informatiques pour accéder à votre téléphone portable, dans le but de vous traquer physiquement lorsqu’ils connaissent vos déplacements et votre emplacement. En raison de ces préoccupations, vous devez vous protéger comme vous le feriez contre les hackers, car les harceleurs, les pirates et les cyberintimidateurs travaillent parfois ensemble.

3. Masquez votre Adresse IP

La plupart des applications que vous utilisez, et même certains services de messagerie, relaient l’adresse IP de votre appareil à la personne avec qui vous communiquez. Ce n’est peut-être pas grand-chose pour les non-initiés, car il ne s’agit que de quelques numéros en lien avec votre modem, sauf que celui-ci est directement connecté à vos données privées. Votre adresse IP est en effet liée à votre facture internet, que vous payez avec votre carte de crédit et qui est envoyée à votre adresse physique, c’est-à-dire chez vous. C’est le même chemin qu’emprunterait un harceleur s’il obtenait cette information.

Heureusement, il existe une solution très simple, car vous n’avez besoin que d’un VPN haut de gamme pour masquer l’adresse IP fournie par votre Fournisseur d’Accès Internet (FAI) et vous offrir une protection supplémentaire afin de préserver votre sécurité et votre anonymat en ligne. Assurez-vous simplement de ne pas utiliser un proxy ou un VPN gratuit pour un usage domestique, car un VPN gratuit peut être pénalisant pour de multiples raisons.

4. Maintenez vos Réseaux Sociaux Propres

De la même façon que vous ne souhaitez pas voir un cafard dans votre cuisine, vous ne voulez pas trouver un cyberharceleur dans votre liste d’amis. La notion d’hygiène sur les réseaux sociaux est relativement nouvelle, mais très utile. Maintenez votre flux à l’abri des harceleurs, des intimidateurs, des espions et du contenu qui ne vous touche en rien, mais qui peut néanmoins avoir un impact émotionnel important sur votre psychisme. Il existe une bonne raison qui explique pourquoi les modérateurs de sites internet reçoivent des avantages substantiels et un soutien psychologique, car nettoyer Facebook c’est un peu comme arriver au milieu d’un champ de bataille, et ce n’est pas une exagération.

La première chose que vous avez à faire est de définir vos paramètres de confidentialité. Cela varie d’une plateforme à l’autre, mais en général, les personnes que vous ne connaissez pas ne doivent pas être en mesure de vous envoyer un message sans que vous ne les y autorisiez au préalable. La plupart de votre activité sur les réseaux sociaux devrait se faire de façon anonyme, car les gens ne se soucient pas de votre nom sur des sites comme Twitter. Pour les réseaux sociaux comme Instagram, utilisez un surnom ou un faux nom. Les noms de personnages de livres ou bandes dessinées peu connus sont souvent les meilleurs, car il sera facile pour vos amis de s’en souvenir, mais le harceleur n’en aura pas la moindre idée. Vous ne vous sentez peut-être pas proche de Betsy Tverskaya dans « Anna Karénine » de Leo Tolstoï, mais il est tout de même préférable de suivre un personnage fictif qui partage un nom avec la moitié de Moscou que de tenter de vous retrouver. La probabilité que les cyberharceleurs connaissent les classiques russes est très faible, vous devriez donc être en sécurité.

Comme vous l’avez peut-être remarqué, ce problème s’adresse surtout aux femmes sur les réseaux sociaux. Bien que Pew Research ait constaté que les hommes sont la cible de la plupart des attaques sur internet, dans certains cas de harcèlement sexuel, de commentaires obscènes ou de cyberharcèlement, les femmes sont les principales victimes. Enfin, tant les hommes que les femmes peuvent être des agresseurs, car la santé mentale ne fait pas de différence, donc vous ne devriez pas vous sentir à l’aise sous prétexte que vous avez ajouté une fille sur Facebook que vous ne connaissez pas.

5. Ne Laissez pas Traîner vos Données

La plupart des gens propagent en permanence des données. Lorsque vous remplissez des sondages, demandez des bons de réduction, ou simplement donnez votre nom, votre adresse et votre numéro de téléphone privé à un grand nombre de personnes, votre harceleur peut alors facilement vous cibler.

Cela peut sembler un peu paranoïaque, mais il est prouvé que le secret reste  la meilleure solution. Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles un VPN est utilisé, et l’une d’entre elles est de protéger tous vos périphériques contre le pistage.

Que faire en cas de cyberharcèlement et comment l’éviter ? | Le VPN

Que Faire si Vous êtes déjà Harcelé ?

Si vous n’êtes pas préparé, il y a des chances que vous soyez déjà victime de cyberharcèlement. Les victimes de harcèlement ne commencent généralement à penser à la cybersécurité que lorsqu’elle devient un problème, mais heureusement, il existe des moyens d’empêcher quelqu’un de vous harceler.

1. Bloquer, désactiver ou supprimer

Soyez à l’aise avec les outils que vous offrent les lois sur le harcèlement et les fournisseurs de services. Désactivez tous ceux qui vous envoient des messages à répétition, même s’ils sont juste ennuyeux et ne vous menacent en aucune façon. Vous voudrez peut-être les réactiver plus tard, mais peut-être pas.

Bloquez tous ceux qui franchissent la limite. Il n’y a pas de ligne objective. C’est votre ligne. Si quelqu’un vous menace ou vous insulte, vous devriez le bloquer et le laisser emporter sa colère ailleurs. Cela fonctionnera 99 % du temps et contribuera à votre sécurité et à votre bien-être en général.

2. Signaler

Vous devriez toujours signaler les cas de harcèlement, car vous n’êtes peut-être pas le seul et la personne qui le fait enfreint les règles. Toutes les autorités ne réagiront pas forcément à ces attaques, mais les modérateurs de la plate-forme retireront généralement la personne du site et bloqueront même l’adresse IP.

3. Appeler la police

Si vous avez reçu plus d’un e-mail non sollicité par semaine contenant le même message ou si une même personne vous harcèle à partir de plusieurs comptes, vous avez le droit de contacter les autorités pour vous aider. Ils examineront la situation et décideront s’il y a une menace crédible, et si c’est le cas, votre cyberharceleur sentira toute la rigueur de la loi.

Conseil de Pro : Maîtriser les Dégâts

Il existe deux types de contrôle pour les victimes de harcèlement qui ne savent pas jusqu’où leurs auteurs sont allés ; réduire la quantité de données vous concernant en ligne, ou augmenter considérablement le nombre de données trompeuses à votre sujet.

Le premier cas est assez simple, car il vous suffit de trouver autant d’informations que possible vous concernant en ligne et de les supprimer. Si vous vivez en Europe, vous pouvez y parvenir en saisissant la CJCE (Cour de justice des Communautés européennes) et en exerçant votre droit à l’oubli pour demander à Google de retirer votre nom du registre. De cette manière, il sera techniquement impossible de vous trouver sur ce moteur de recherche.

Vous n’avez pas besoin de supprimer vos profils sur les réseaux sociaux, mais vous devrez supprimer toutes les données inutiles, et il est recommandé de rendre toutes vos photos privées, ainsi que votre liste d’amis.

Comment Submerger les Données

Si vous pensez, ou si vous avez la preuve, que plusieurs cyberharceleurs vous suivent et qu’il est trop tard pour tout effacer, vous pouvez toujours inonder internet avec vos photos, en utilisant des noms et des informations différentes.

Cette stratégie consiste littéralement à créer de faux comptes avec vos photos, afin de semer le doute sur votre identité réelle. Cela prend du temps et vous pouvez engager quelqu’un d’autre pour le faire, mais c’est l’un des meilleurs moyens de vous dissimuler aux yeux des autres. Vous pouvez même utiliser un faux compte en tant que principal, induisant ainsi en erreur les personnes qui tentent de vous trouver. Certains de ces comptes pourraient être harcelés, mais vous ne le verrez probablement pas.

Conclusion

Le cyberharcèlement est un problème très grave, et il est beaucoup plus facile de le prévenir que de le résoudre une fois qu’il est apparu. Heureusement, les autorités, les plateformes de réseaux sociaux et les professionnels de la cybersécurité sont à vos côtés et vous offriront les outils dont vous avez besoin pour rester hors de portée des malfaiteurs. Les géants des médias comme Facebook, Twitter et LinkedIn disposent tous d’options pour désactiver, bloquer ou signaler les auteurs de harcèlement criminel et toute autre personne en infraction. Les fournisseurs de VPN professionnels comme Le VPN masqueront votre adresse IP et fourniront à vos appareils une protection contre les pirates informatiques, le vol d’identité et les cyberharceleurs. Enfin, il y a toujours la police, et si vous vous sentez menacé, vous devez l’en informer car cela permettra de renforcer la sécurité de tous.

Articles relatifs:

PENDANT LE MOIS DE LA CYBERSÉCURITÉ

2 ANS D'ABONNEMENT POUR €69,60 !