Les géants d’Internet sont-ils alliés au FBI pour pouvoir espionner les étrangers ?

Les géants d’Internet sont-ils alliés au FBI pour pouvoir espionner les étrangers ?

espionner

Selon le Washington Post et le Guardian, l’agence Nationale de Sécurité Américaine (NSA) et le FBI auraient accès aux serveurs de neuf géants américains d’internet, dont Microsoft, Yahoo, Google et Facebook pour y espionner les activités d’étrangers. Les groupes informatiques concernés démentent et disent ne pas espionner.

Ce programme secret, portant le nom de code « PRISM » serait en place depuis 2007. Il permet à la NSA de se connecter aux serveurs des entreprises, via un portail, pour consulter des informations sur des utilisateurs qui seraient à l’étranger, et ceci sans avoir une ordonnance de justice. L’AFP indique que le renseignement américain collecte et sauvegarde sur ses serveurs des milliards de données qu’il n’analyse que lorsqu’il existe des soupçons précis. Son programme PRISM lui permet de consulter directement et en temps réel les e-mails, conversations téléphoniques, photos, vidéos sur les sites de Microsoft, Google, Yahoo, Facebook, YouTube, Skype, AOL, Apple et PalTalk. Dropbox, la plate-forme d’hébergement de fichiers, devrait s’y joindre prochainement.

En effet, si la loi américaine protège ses citoyens d’une surveillance faite sans ordonnance, ce n’est pas le cas pour les personnes hors du territoire qui peuvent être espionnées en toute légalité.

Selon le Washington Post, les analystes qui utilisent le système sur un portail internet depuis la base militaire de Fort Meade doivent entrer des « sélecteurs », c‘est à dire des mots-clé de recherche, afin que la probabilité que la cible soit étrangère dépasse 51% ».

Selon le « Guardian », la NSA peut consulter « les courriers électroniques, les chats vidéo et audio, les vidéos, les photos, les chats comme Skype, les transferts de fichiers, les détails des réseaux sociaux, et plus ». Les communications par Skype peuvent être espionnées en direct.

Plusieurs des entreprises concernées ont formellement nié avoir permis aux services de renseignement d’accéder à leurs serveurs pour récupérer des données sur les utilisateurs.

Google a déclaré qu’il n’existait pas de « porte d’entrée cachée » à ses serveurs pour les services fédéraux et précisé qu’il faisait « très attention à la sécurité des données de (ses) utilisateurs ». « Nous ne divulguons de données à l’Etat fédéral qu’en accord avec la loi, et nous examinons ces demandes avec attention », dit-il.

Apple nie aussi avoir jamais entendu parler de PRISM. Steve Dowling, un porte-parole du groupe a affirmé : «nous ne fournissons aucun accès direct à nos serveurs à des agences gouvernementales, et toute agence de ce type recherchant des données sur un client doit obtenir un mandat judiciaire ».

Facebook a également démenti ces accusations. « Nous ne fournissons à aucune organisation gouvernementale un accès direct aux serveurs Facebook », a affirmé Joe Sullivan, responsable de la sécurité du groupe.

Lorsque les autorités font des demandes de recherches d’informations, « nous regardons de près la conformité au droit de telles requêtes, et ne fournissons des informations que dans les cadres requis par la loi », affirme-t-il.

Enfin Microsoft a affirmé que si le gouvernement menait un tel programme « de manière volontaire pour rassembler des données sur des utilisateurs, nous n’y participerions pas ». Egalement visé, Yahoo a nié procurer un accès direct à ses utilisateurs au gouvernement.

Cet espionnage a été permis par une loi votée pendant le mandat de George W. Bush après les attentats du 11 septembre. Cette loi a été renouvelée et promulguée par Barack Obama en décembre 2012, malgré l’inquiétude d’élus sur la carte blanche ainsi donnée à la NSA. La Maison Blanche n’a pas confirmé formellement l’existence du programme PRISM, mais a assuré qu’il était indispensable à la lutte antiterroriste.

Protégez votre connexion internet des yeux et des oreilles qui peuvent espionner grâce à un VPN. Votre ordinateur est caché derrière les nombreux serveurs Le VPN : quand vous êtes connecté au VPN, personne ne peut accéder à votre ordinateur sans passer par les serveurs protégés du VPN.

Par ailleurs, votre connexion Internet est cryptée avec un niveau top secret qui vous protège des pirates et oreilles clandestines qui tentent d’écouter ou d’obtenir les informations sensibles vous concernant. Ils ont tendance à espionner.

Enfin, Le VPN permet de réduire vos mouvements en ligne en remplaçant vos informations de routage : vous pouvez cacher votre adresse IP. Nos serveurs DNS sécurisés gardent le secret des requêtes que vous effectuez, afin que personne ne puisse jeter un œil sur votre historique de navigation.

Des solutions le VPN existent aussi pour vos connexions avec des appareils mobiles pour protéger aussi votre téléphone portable ou votre tablette.

Articles relatifs:

Offre Spéciale été

2 ans d'abonnement Le VPN pour €69,60!