Cybercriminalité mobile, un marché en plein boom

Cybercriminalité mobile, un marché en plein boom

La cybercriminalité mobile qui n’en est encore qu’à ses débuts est vouée à un avenir prometteur :  les applications téléchargées par les mobinautes peuvent cacher de véritables petites bombes !

On vous attire avec une application qui transforme votre écran en panneau photovoltaïque : vous n’aurez désormais plus jamais besoin d’utiliser un chargeur ! Une fois le programme installé sur votre smartphone, sans que vous le remarquiez, un email est adressé à tous vos contacts pour leur refiler le bon plan. Et à leur tour, vos proches vont télécharger l’application sur leur mobile qui va aussi être infecté par ce logiciel malin.
Plus de 100 000 personnes ont ainsi été touchées par ce mirage.

«  Il n’y a encore quasiment aucun virus dans le monde du mobile, aucune propagation d’application à application ; on y trouve plutôt des applications malveillantes », explique Laurent Heslault de Symantec. Car la cybercriminalité mobile n’en est encore qu’à ses balbutiements, avec 104 400 logiciels malveillants repérés dans le monde en 2013 sur un total de 5,2 milliards de cyber-attaques tous appareils confondus, d’après Kaspersky.

La situation évolue bien vite : il existe déjà plus de terminaux mobiles que de PC, sans parler de l’essor à venir des objets connectés. « La loi de Moore s’applique, avec un doublement des menaces tous les dix-huit mois. Le rythme est encore plus rapide dans les mobiles, ce qui rappelle la croissance exponentielle des débuts du PC », indique Costin Raiu, directeur de la recherche et de l’analyse mondiale chez Kaspersky. D’après ce spécialiste, les virus qui s’auto-répliquent seront bientôt l’étape majeure du développement de la cybercriminalité mobile.

« Les systèmes d’exploitation mobiles ont été conçus avec une arrière-pensée de sécurité, ce qui n’était pas le cas lors des premiers pas de Windows », explique Laurent Heslault. Et si les failles d’Android et d’iOS sont nombreuses, « mais les personnes malveillantes n’utilisent pas forcément les vulnérabilités existantes », indique-t-il. Selon la société Kaspersky, plus de 99 % des maliciels ciblent la plate-forme mobile de Google. Apple propose beaucoup plus souvent des mises à jour, c’est pourquoi iOS est plus sûr qu’Android», explique Costin Raiu. 

Parmi les types d’attaques mobiles, on peut citer l’espionnage et la prise de contrôle. Mais la plupart des logiciels malins poursuivent des objectifs commerciaux : appels téléphoniques surtaxés, extorsions de vos données bancaires…

La solution la plus sûre pour vous prémunir des cybercriminels et protéger votre mobile ou votre tablette lors de vos connexions internet est d’utiliser un service VPN. Vous vous assurez ainsi qu’aucune personne mal intentionnée n’écoute et n’utilise les données que vous envoyez, même lors d’une connexion internet non protégée. Vous évitez que vos mots de passe bancaires, vos comptes e-mail ou vos profils de réseaux sociaux soient interceptés et exploités à votre insu.

Notre service Le VPN code votre connexion internet par un cryptage complexe grâce à l’algorithme AES-256. Ce codage rend impossible toute interaction avec vos données personnelles, et cela, même lorsque votre connexion a été compromise ou interceptée. Chaque information que vous envoyez ira directement dans votre tunnel virtuel sécurisé. Avec Le VPN vous pouvez facilement diriger votre trafic en choisissant un serveur dans l’un des 114 pays disponibles. Nos services existent pour iPhone, iPad mais aussi pour tous les appareils utilisant le système Androïd.

Articles relatifs:

PENDANT LE MOIS DE LA CYBERSÉCURITÉ

2 ANS D'ABONNEMENT POUR €69,60 !