Comment échapper à l’IP Tracking des compagnies aériennes sur Internet

Comment échapper à l’IP Tracking des compagnies aériennes sur Internet

Les compagnies aériennes et autres organismes de voyages sur Internet ont mis en place une technique marketing redoutable qui risque de vous faire payer vos billets d’avion ou de train à un prix anormalement élevé.

Si vous surfez sur Internet à la recherche d’une idée de vacances pour cet été, vous avez peut-être remarqué comment en repérant une destination avec un vol par exemple pour Bangkok à 1000€, vous découvrez en revenant quelques jours plus tard pour confirmer votre destination de vacances sur le site du même voyagiste que le prix du billet a augmenté de 10%.

Ce phénomène, appelé IP Tracking est un vrai fléau pour les consommateurs qui cherchent un billet de train ou d’avion sur Internet. Lors d’une nouvelle visite de l’internaute sur un site de voyage, comme ce dernier site sait qu’il est intéressé par un trajet précis, puisqu’il l’a déjà cherché, il ajuste ses prix à la hausse. Si l’on en croit Le Monde, cette technique ne serait employée ni par Air France, ni par la SNCF. Mais elle serait extrêmement utilisée par des compagnies aériennes asiatiques. Cette technique serait en fait plutôt associée, non pas à l’adresse IP de l’ordinateur (son “numéro d’identité”), mais aux cookies envoyés par les sites sur l’équipement informatique – ordinateur ou mobile.

Cette pratique est jugée illégale, selon la députée européenne Françoise Castex qui est très attachée à la protectrice des données personnelles. Mme Castex a demandé à la Commission européenne de se saisir de la question, et a maintenant demander en France à la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) de se prononcer sur ce sujet.

La Commission européenne a répondu que “les adresses IP peuvent effectivement être considérées comme des données à caractère personnel” et que leur traitement “doit respecter les dispositions nationales qui mettent en œuvre les exigences de la directive 95/46 “ sur la protection des données personnelles.

La CNIL a, quant à elle, répondu que “l’IP Tracking doit également être appréhendé sur le fondement des pratiques commerciales déloyales régies par l’article L.120-1 et suivants du code de la consommation”, lesquels visent les procédés “qui altèrent (…) de manière substantielle le comportement du consommateur normalement informé et raisonnablement attentif et avisé, à l’égard d’un bien ou d’un service”.

Le procédé pourrait donc bel et bien être illégal, mais rien n’est établi à l’heure actuelle et cela devrait prendre encore plusieurs semaines avant qu’une décision soit prise. La Cnil indique d’ailleurs travailler “en collaboration étroite avec la DGCCRF” sur ce dossier.

La meilleure façon de ne pas subir l’IP tracking est d’utiliser un service VPN. Cela vous permet de garantir que vos données personnelles ne soient pas utilisées à votre insu et de réduire vos mouvements en ligne, en cachant votre adresse IP pour la rendre ainsi anonyme. Les serveurs DNS sécurisés gardent le secret des requêtes que vous effectuez, afin que personne ne puisse voir votre historique de navigation. Par ailleurs, votre connexion Internet est cryptée avec un système très fort qui vous protège des pirates et des oreilles clandestines qui tentent d’écouter ou d’obtenir les informations sensibles vous concernant. Votre connexion Internet est cachée derrière les nombreux serveurs Le VPN : quand vous êtes connecté au VPN, personne ne peut accéder à votre ordinateur ou à votre appareil mobile, sans passer par les serveurs protégés du VPN.

 

Articles relatifs:

Regardez les Jeux Olympiques en direct partout dans le monde

2 ans d'abonnement Le VPN pour €2,90/mois