Le Canada veut défendre le droit d’auteur

Le Canada veut défendre le droit d’auteur

De nouveaux documents du gouvernement font faire la lumière sur les futurs points qui sont à l’ordre du jour pour la protection du droit d’auteur sur le net. Dans un briefing pour le ministre Mélanie Joly, les fonctionnaires du ministère du Patrimoine canadien mentionnent les VPN pirates et les sites de blocage que les questions émergentes et les pressions.

Le gouvernement canadien nouvellement élu n’a pas encore annoncé comment il va s’attaquer à la piraterie en ligne à l’avenir. Or, un nouveau document de gouvernement souligne quelques points intéressants. Le fameux accord TPP (Trans-Pacific Partnership) en fait partie. Le document identifie également trois questions de droit d’auteur et les pressions émergentes qui peuvent avoir besoin d’être abordées dans les années à venir, comme le révèle le professeur de droit canadien Michael Geist.

L’un des principaux problèmes concerne « la violation du droit d’auteur en utilisant des VPN. » Si les VPN sont utilisés pour des raisons légitimes, en particulier par ceux qui se préoccupent de la protection de leur vie privée, les pirates les utilisent aussi pour éviter d’être suivis par des sociétés de surveillance.

« Ceux qui mènent des activités [de contrefaçon] soulèvent de véritables questions, même si la perspective de cibler la technologie elle-même génèrerait rapidement une opposition robuste de ceux qui comptent sur les VPN pour toute une série de raisons légitimes et fondées», note Geist.

Concernant le second sujet, qui porte sur l’offre légale de contenu en ligne, les VPN pourraient également jouer un rôle majeur. Si des précisions manquent encore, il pourrait s’agir de l’accès non autorisé aux services de streaming comme Netflix depuis d’autres pays.

Beaucoup de Canadiens utilisent en effet les services VPN pour accéder à la version américaine de Netflix, qui offre une bibliothèque de contenu plus large et plus intéressante.

Selon le professeur Geist, le gouvernement ne serait pas très partant pour contrer ces comportements de contournement, car il serait difficile de prouver les pertes réelles.

Enfin, le brief mentionne les sites pirates de blocage des FAI, quelque chose qui est devenu assez fréquent ces dernières années, en particulier en Europe. Les premiers signes d’efforts de blocage canadiens sont apparus en 2015 au Québec concernant l’interdiction des sites de jeux illégaux.

Les trois points feront très certainement partie de la nouvelle loi sur le droit d’auteur. Si c’est le cas, ce serait un autre changement dans la mauvaise direction, selon le professeur Geist.

« Le droit d’auteur canadien était déjà bien parti pour créer un débat tonitruant dans les prochaines années « , écrit-il.

Si les responsables du gouvernement envisagent d’ajouter l’utilisation d’un VPN, l’accès à Netflix USA, et les sites = de blocage à la liste des sujets, le droit d’auteur pourrait apparaître comme étant l’une des questions les plus difficiles et les plus controversées du gouvernement.

Alors, choisissez le meilleur VPN !

Le VPN ne coûte que quelques Euros par mois et vous permet d’accéder au catalogue de Netflix désormais présent dans 190 pays. Depuis les révélations d’Edward Snowden, Le VPN vous aide aussi à garder votre navigation privée et vos activités Internet éloignées des regards indiscrets. Alors, laissez Netflix être votre bonne excuse pour vous abonner à Le VPN en 2016.

 

 

Articles relatifs:

Regardez les Jeux Olympiques en direct partout dans le monde

2 ans d'abonnement Le VPN pour €2,90/mois